En couple monogame depuis 15 ans, sommes-nous condamnés à nous faire plaisir « efficacement » mais « sans surprise »?

Bonjour,

cela fait 15 ans que je suis en couple monogame et même si sexuellement, nous nous entendons bien (il faut dire que maintenant, on se connait bien !), je crois que je m’ennuie un peu. J’entends toujours parler de « pimenter le couple » ou « essayer des choses nouvelles » mais je dois manquer d’imagination, ou bien j’ai trop de limites et ne souhaite pas essayer « ce qu’on a pas déjà fait ».

En plus de cela, j’ai tendance à être impatiente et facilement frustrée si je ne jouis pas « rapidement », et nous revenons toujours aux mêmes pratiques. (Il en va de même pour mon ami qui me redemande souvent ce qu’il aime – ce qui me va très bien, j’aime ça aussi). Ma question est-donc, je suppose, sommes-nous condamnés à nous faire plaisir « efficacement » (y a pire) mais « sans surprise » pour le restant de nos jours ?

Bises

Bonjour!

Alors pour commencer, mon premier conseil serait de brûler tous les magazines qui te listent « 15 astuces pour pimenter sa vie sexuelle » ou t’encouragent à « essayer des choses nouvelles » (si tu es moderne et que tu lis ces torchons sur les Interouèbes mondiaux, le plus simple reste encore de ferme l’onglet).

Bien. Reprenons donc. Tu es en couple monogame depuis 15 ans et vous êtes un peu tombés dans une routine sexuelle. C’est tout à fait habituel et tu l’expliques d’ailleurs très bien : au bout d’un certain temps on connaît (très) bien le corps de l’autre, où caresser, lécher, sucer et comment pour le/la coller au plafond, et on a tendance à miser sur les « valeurs sûres », les pratiques ou positions dont on sait qu’elles vont (nous) donner du plaisir voire (nous) amener jusqu’à l’orgasme. Comme tu le dis, c’est efficace mais sans surprise et logiquement cela peut créer une sorte d’ennui et participer à une baisse du désir et de l’excitation qui naissent aussi en partie de l’imprévu, de l’inconnu, du spontané… Là où les amours débutantes peuvent s’avérer frustrantes parce que le/la partenaire ne nous touche pas au bon endroit ou pas assez fort ou pas assez longtemps etc, les partenariats sexuels de longue durée peuvent parfois s’essouffler à cause de mécaniques paradoxalement trop bien huilées.

giphy (11)

Est-ce que ça veut dire que vous devez essayer de nouvelles positions ou pratiques, de préférence acrobatiques, quitte à y laisser une vertèbre et votre amour-propre : NON. Est-ce que cela signifie que tout est perdu « pour le restant de [vos]jours »? Non plus! Est-ce que tu manques d’imagination : je ne crois pas non plus. Et enfin : as-tu « trop de limites »? NON NON NON et re NON.

D’après la façon dont tu présentes les choses, vous avez un éventail de pratiques ensemble et en avez sans doute écartées d’autres que vous n’aviez pas envie d’essayer ou que vous avez essayées et qui ne vous ont pas branché plus que ça. Jusque là, tout va bien. Là où le bât blesse, si je comprend bien, c’est qu’au fil du temps, cet éventail s’est de plus en plus restreint pour ne conserver que les pratiques/positions les plus « efficaces ».

Pour s’en dépêtrer il n’y a pas 58 façons de s’y prendre (ni 15 astuces qui impliqueraient au hasard que tu fasses des choses que tu n’as pas envie de faire – coucou la presse genrée) mais une seule, en fait, super simple en théorie : P⋅A⋅R⋅L⋅E⋅Z!

giphy (13)

Ce que tu m’écris ici, est-ce que vous en avez discuté de manière posée (donc pas bourrés, fatigués, stressés, frustrés ou entre deux portes alors que vous avez des potes, des -vos?- gosses ou de la famille dans la pièce d’à côté) et constructive (donc pas sous la forme de reproches ou d’accusations type « tu me fais toujours les mêmes choses au lit » mais plutôt sous la forme de communication non-violente en parlant de toi, de tes ressentis, de tes besoins)?

Je suis prête à parier que ce n’est pas le cas (en même temps je suis nulle au poker donc bon).

Parce que si ça paraît hyper facile sur le papier de parler de votre sexualité avec un⋅e partenaire de longue date, que l’on aime et avec qui on est engagé⋅e bien au delà du simple plan sexuel, ça peut justement être très délicat et effrayant. On peut avoir peur de vexer l’autre, d’être maladroit⋅e, voire même de le/la perdre tout court. Plus il y a d’enjeux (vie commune, enfants, projets…) plus cela peut sembler compliqué d’aborder ce sujet ô combien intime et qui cristallise souvent des doutes, des insécurités, des représentations et cela des deux côtés (ou plus de côtés s’il y a plus de personnes dans la relation ^^). Pour te simplifier la tâche, tu peux déjà, en amont, réfléchir à ce que tu aurais envie de dire à ton ami, à ce que tu ressens de ton côté, aux demandes que tu pourrais éventuellement vouloir lui formuler (et te préparer au fait qu’il aura sans doute lui aussi des réponses ou demandes à ce sujet). Tu peux par exemple réfléchir sur le fait que tu as « tendance à être impatiente et facilement frustrée si [tu] ne jouis pas ‘rapidement' » : est-ce que c’est une chose sur laquelle tu serais prête à « travailler » (c’est à dire à jouer sur la frustration, sur la montée du plaisir, sur la lenteur, en repoussant ainsi l’orgasme voire en remettant en question sa position très très centrale)? Quoi qu’il en soit, rétablir les lignes de communication c’est la base, et si vous essayez depuis un moment, vous pouvez aussi vous faire aider par une tierce personne (sexologue, thérapeuthe) qui vous pourra vous donner des outils et techniques vous permettant de vous parler et de vous comprendre.

giphy (14)

Dernier point et seule « astuce » peut-être (qui m’a été soufflée par un licornon bienveillant), pour éviter de répéter les mêmes pratiques à chaque rapport, vous pouvez utiliser un « truc » artistique qui s’appelle la contrainte volontaire. cela consiste, comme son nom l’indique à vous poser des contraintes que vous définirez ensemble (il ne s’agit à aucun moment de nier le consentement de l’autre ou le tien!!!!! la contrainte ne peut pas être de forcer ou pousser l’autre à faire une chose dont ielle n’a pas envie) par exemple de ne pas faire cette position dont tu sais qu’elle te fait jouir en deux minutes ou cette pratique qui le mène systématiquement à l’orgasme. cela peut vous obliger à puiser dans votre répertoire inutilisé pour vous faire grimper aux rideaux :)

J’espère avoir pu t’aider,

Je t’embrasse <3

Cette réponse existe grâce au soutien de @Jujomabudisa sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés