Je suis une femme cis et je suis attirée par les enfants, comment me sortir de cette attirance malsaine?

Bonjour, ou bonsoir, je ne sais pas à quelle heure tu liras ce mail, ni même si tu le lira,
Là j’ai besoin d’aide, je sais pas où poser ma question, je suis complètement en panique. J’ai peur j’ai peur j’ai peur!!!
On va y aller franco, parce que je ne veux pas perdre mon temps en circonvolutions stylistiques.
Je suis une femme cis et je suis attirée par les enfants. Oui je sais, c’est mal, tout ça, tout ça. 
Je vis en […], et, je l’ai appris aujourd’hui, mais toute représentation pédopornographique est interdite ici, y compris les dessins et les mangas que je consomme en large quantité sur le net. Jamais je n’ai regardé de photo, de film ou quoi que ce soit avec des vrais enfants, je suis peut-être une des pire chose qui existe dans la société, mais je ne suis pas non plus inconsciente (rapport à l’exploitation des êtres humains tout ça…). 
Sachant que je suis mineure, je suis déjà pas supposée avoir accès à du porno, et j’ai lu que la détention de pédopornographie en[…], bah c’est 5 ans de prison.
J’ai peur, je veux pas être une criminelle. J’ai supprimé toutes mes images NSFW, et les mangas aussi, j’ai purgé mon navigateur de toute trace des sites où je lisais, mais j’ai encore peur. Je veux pas être une criminelle, je veux pas aller en prison.
Je sais pas si c’est le bon endroit pour en parler, mais je voyais pas où aller d’autre…
Est-ce-que tu aurais des conseils pour que je puisse me sortir de cette attirance malsaine? Des sites où bien des forums où y’a des gens qui en parlent ou comme ça? 
Je suis complètement larguée, je pensais pas que j’étais mise dans la même boîte qu’un vieux type qui filme des gosses dans sa cave… C’est juste des dessins, merde! 
Je suis déjà complètement frustrée, j’ai jamais parlé à personne de cette attirance parce que je sais très bien que c’est mal. On dit souvent que les pédophiles sont les pire personnes sur la planète et voilà que je découvre que je suis classée avec eux… 
Je me sens profondément mal, là. Je veux tout arrêter, toute cette histoire à la con. Mais je sais pas comment faire, ça a toujours été en moi, ça fait partie de moi, que je le veuille ou non…
HELP! :(

 

[Plusieurs personnes ayant trouvé la réponse intiale complaisante, voire estimant qu’elle utilisait ou fournissait des arguments (aux) pro-pédophiles, j’ai décidé d’en modifier le contenu.

Afin que ça soit très clair : je n’approuve ni n’encourage EN AUCUN CAS les atteintes, agressions ou violences sexuelles sur des mineur⋅e⋅s (ni sur des majeu⋅r⋅e s, hein). Il en va de même avec la capture, possession, diffusion ou commercialisation d’images (photos, vidéos) de tels actes.

Aucun⋅e adulte ne devrait avoir des contacts de nature sexuelle avec des mineur⋅e⋅s de moins de 15 ans, la loi l’interdit d’ailleurs.]

Bonjour,

Tout d’abord merci de m’avoir fait confiance pour me poser cette question, je ne peux qu’imaginer comme cela a pu être compliqué, et doublement merci d’avoir accepté que j’y réponde en public, sur le site après m’avoir contactée par mail.

Je pense qu’il faut opérer une distinction très nette entre une attirance/envie sexuelle qu’on ressent en direction d’enfants et un « passage à l’acte ». Il y a un monde de différence entre les deux. Dans le premier cas c’est quelque chose qui ne blesse, ne nuit à PERSONNE puisque ça n’existe que dans ton esprit, ça ne concerne que toi. Alors qu’un « passage à l’acte » (et par là j’entends aussi bien les agressions sexuelles ou les viols d’enfants que la prise d’images pornographiques les mettant en scène, leur diffusion, leur commercialisation, leur possession, leur consultation) implique d’exercer une violence sur et/ou d’exploiter un⋅e ou plusieurs enfants, avec des conséquences potentiellement dramatiques sur sa/leurs vie⋅s.

Tu précises être mineure, et il est possible que l’attirance que tu ressens ne soit que transitoire. «A l’adolescence, la construction de la sexualité peut être angoissante et se retourner vers des objets connus ([des personnes du]même sexe ou plus jeune) peut rassurer.» me précise ainsi une amie psy. Elle me dit cependant qu’il est aussi possible que ce soit quelque chose qui s’ancre de manière plus durable et risque de déboucher sur un « passage à l’acte » par la suite. Cela dépend aussi d’autres facteurs, comme le fait que cette attirance sexuelle pour les enfants soit la seule source d’excitation sexuelle pour toi ou pas. Si c’est le cas, il est probable que tu aies besoin de l’aide d’un⋅e psychiatre ou psychologue, qui pourra t’aider à la fois à ne pas passer à l’acte et à gérer la culpabilité que tu sembles ressentir.

En France, la loi n’interdit pas les rapports CONSENTIS entre mineur⋅e⋅s. Mais si l’une des deux personnes es beaucoup plus âgé⋅e (ce qui semble être le cas dans tes envies, puisque tu parles « d’enfants »), la jurisprudence vient poser des limites. Une attention toute particulière est souvent portée sur le consentement libre et éclairé, c’est à dire sur le fait que les partenaires sont plus ou moins sur un pied d’égalité pour comprendre ce à quoi ielles consentent. Donc concrètement, si des mineur⋅e⋅s, même très jeunes (il n’y a pas d’âge légal minimum), mais de la même tranche d’âge environ ont des relations consenties, on va le plus souvent estimer qu’elles le sont librement et en toute connaissance de cause (par exemple deux enfants de 5/6 ans qui se caressent). En revanche, si un⋅e mineur⋅e de 16 ans a des rapports ou contacts de nature sexuelle avec un⋅e mineure de 9 ans, il est probable que la justice considère que le/la mineur⋅e beaucoup plus âgé⋅e exerce une forme de contrainte, et qu’il ne s’agit donc pas vraiment de relations consenties mais plutôt d’agressions sexuelles ou de viols.

Quid alors des images comme celles dont tu parles, c’est à dire des images de fiction (mangas, etc) qui mettent en scène des personnages dont on sait (et/ou suppose) qu’ielles sont des enfants?

En théorie, les lois sur ces sujets sont conçues pour protéger les enfants, et différents pays ont adopté différents points de vue. En France, par exemple, l’article 227-23 du Code Pénal évoque, en des termes pour le moins vagues, « l’image ou la représentation d’un mineur« . C’est la jurisprudence qui vient préciser ce qui est inclus dans cette description, et a priori les images fictionnelles en font partie, puisqu’un arrêt de la cour de cassation datant de 2007 dit que « la représentation picturale, photographique ou cinématographique d’un enfant, est étendu à toute représentation d’un mineur ; qu’il peut donc s’agir d’images non réelles représentant un mineur imaginaire, c’est-à-dire des dessins, ou même des images résultant de la transformation d’une image réelle« . L’idée derrière cet arrêt, c’est qu’il est possible que les supports fictionnels soient tirés de l’exploitation d’activités délictueuses ou criminelles (par exemple un manga dessiné à partir d’une photo ou vidéo), que leur consultation, diffusion, etc puisse par ailleurs aider ou financer des réseaux de pédocriminalité. Il y a aussi le fait d’interdire des images qui pourraient inciter des personnes à « passer à l’acte », justement, et donc porter préjudice à un⋅e/des enfants « dans la vraie vie réelle » si j’ose dire.

Est-ce que ça veut dire que tu es « une des pires choses qui existe dans la société », à mettre « dans la même boîte qu’un vieux type qui filme des gosses dans sa cave » ou que tu fais partie des « pires personnes sur la planète »? NON, je ne le crois sincèrement pas. Est-ce que cette attirance est « malsaine »? Elle est en tout cas problématique et il est probable, comme je le disais plus haut, que tu aies besoin d’en parler à un⋅e psy. Ielle sera soumis⋅e au secret professionnel (pour les psychologues) ou médical (pour les psychiatres), et ne risquera pas de te mettre en danger vis à vis des autorités légales/judiciaires sauf si tu semblais vouloir « passer à l’acte » (cf la définition que j’en faisais plus haut).

Ça me semble compliqué de trouver des forums sur ces questions, toujours en raison de l’énorme tabou et crispation qu’elles provoquent, et accessoirement parce que les autres gen⋅te⋅s sont probablement dans ton cas : bloqué⋅e⋅s entre la culpabilité d’avoir cette attirance et la peur de devoir en répondre devant la justice, ou pire, d’atterrir en prison pour ça. Des associations existent peut-être mais je t’avoue ne pas en avoir connaissance, et je pense qu’il faudra faire super gaffe à pas tomber sur des personnes qui réclament la légalisation des relations sexuelles avec les enfants (ça, malheureusement, je sais que ça existe pour sûr). Sinon il y a L’Ange Bleu, qui a publie plusieurs témoignages sur son site et pourrait peut-être t’orienter vers des psys ou structures spécialisées partenaires (le contact mail et téléphone est en home du site)?

Pour terminer je dirais qu’il est important que tu fasses attention à toi, que tu ne laisses pas forcément l’image que la société a du type d’attirance que tu ressens te définir. Tu n’as fait de mal à personne et d’après ce que j’en comprends cela ne te viendrait même pas à l’esprit. Cela te fera sans doute beaucoup de bien de pouvoir en parler, donc je t’y encourage vivement, l’idée c’est que tu puisses vivre avec sans mettre personne en danger. Après, si le/la psy que tu choisis semble fermé⋅e, jugeant⋅e etc, tu peux aussi en changer pour trouver la personne qu’il te faut. Je ne peux qu’imaginer comme cela peut sembler compliqué, mais j’espère sincèrement que tu trouveras une oreille (ou plusieurs) pour t’écouter.

Je t’embrasse,

 

Cette réponse existe grâce au soutien de @LilyHook sur Tipeee. Merci beaucoup!
Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés