Suis-je asexuelle, greysexuelle ou ai-je juste une libido peu développée ?

Voilà, je me demande si je suis asexuelle.
Je n’ai jamais eu l’impression d’avoir une sexualité normale. Je n’ai jamais été fan de sexe. Je trouve ça agréable mais sans plus et j’ai toujours été gênée quand j’entendais mes amis en parler comme d’un truc extraordinaire. J’ai longtemps cru que je n’avais jamais eu d’orgasme alors que si, juste que c’est beaucoup moins « impressionnant » que tout ce qu’on m’en a dit.

J’ai souvent couché avec des mecs pour leur faire plaisir. Ce qui a évidemment rendu mon rapport au sexe encore plus problématique. Je ne sais pas si je suis attirée par des personnes ou non. Une personne peut me plaire physiquement mais j’ai souvent l’impression que je désire l’acte sexuel en lui même plus que la personne.

Je préfère la masturbation plutôt que de le faire avec quelqu’un (moins compliqué, pas à me demander si j’en ai vraiment envie ou non etc.). Pour me masturber je n’imagine jamais une personne mais une situation.

J’ai l’impression de ne fantasmer sur les gens que de façon « romantique », j’y inclus parfois le sexe mais ce n’est pas dans une recherche de plaisir mais de moments plus intimes/forts avec la personne (je ne sais pas si je suis claire…). Voilà, j’ai déjà lu beaucoup de témoignages d’asexuel.le.s mais je ne m’y retrouve pas entièrement. Suis-je asexuelle, greysexuel ou ai-je juste une libido peu développée ?

Hello!

Alors pour commencer, ta sexualité est parfaitement « normale », en fait elles le sont toutes tant que les rapports ont lieu entre personnes formulant un consentement éclairé. Utiliser le mot normal, le plus souvent pour qualifier ce qui serait supposément dans la norme et désigner en creux ce qui n’en ferait pas partie, peut s’avérer excluant mais c’est surtout assez peu pertinent. En effet, et tout particulièrement en matière de sexualités, ce qui est « normal » (ou habituel, ou familier, acceptable ou excitant pourrait-on dire pour substituer à ce mot ceux qui se cachent souvent derrière) pour toi ne le sera pas nécessairement pour moi ou pour ton voisin ou pour ta pote etc etc. La norme, et tout particulièrement en ce qui concerne les sexualités, est une construction culturelle et sociale qui appartient à chacun.e et diffère le plus souvent d’un.e individu.e à l’autre.

Après, je peux comprendre que tu te sentes mal à l’aise car effectivement, la « norme » dominante, c’est à dire le modèle que l’on nous inculque de manière plus ou moins tacite ou plus ou moins flagrante (genre dans les pages sexo des magazines féminins) comme étant le seul bon qui devrait convenir à tout le monde (scoop : évidemment ça ne fonctionne pas), ce modèle donc, est celui du couple hétéro et sexuellement actif. Que l’on soit célibataire passe encore, mais il faudra alors être dans la recherche de relation amoureuse et sexuelle, tendre en quelque sorte vers le modèle à défaut d’être déjà rentrée dans le moule.

giphy

Ensuite, pour ce qui est de tes fantasmes et pratiques (masturbation ou rapports sexuels), ils n’appartiennent qu’à toi, mais il semble en effet que « se forcer » pour « faire plaisir » à son partenaire peut être une expérience plutôt désagréable voire carrément traumatisante. Il est important que tu t’écoutes toi avant tout.

Mais au final, je ne peux pas vraiment te dire si tu es:

* asexuelle– personne ne ressentant pas d’attirance sexuelle

[Edit] Une personne m’a contactée sur FB pour me raconter ça « Je suis asexuelle, j’ai lu énormément de choses sur la question, j’ai moi-même beaucoup théorisé cela, et […] j’en ai assez de lire que l’asexualité est un manque de désir sexuel – de libido. Ce présupposé fait beaucoup de mal à la communauté asexuelle, et c’est aussi à cause de lui que je me suis sentie comme un monstre/une mauvaise asexuelle pendant très longtemps. L’asexualité, en tant qu’orientation sexuelle, indique juste le fait qu’un asexuel n’est attiré sexuellement par personne. Cela ne sous-entend en aucun cas s’il y a présence ou non de libido.
Un asexuel peut fantasmer, être réceptif aux stimuli érotiques, se sentir excité en lisant un livre, en regardant un film… Et il y a aussi des asexuels qui ont des pratiques non « normatives », et qui veulent des rapports sexuels mais seulement en rapport avec l’objet de leur fantasme. Il existe beaucoup de sortes d’asexualités, et je ne les connais sans doute pas encore toutes.
Dans mon cas, je suis autochorissexuelle. Je suis très réceptive aux stimuli érotiques/pornographiques. J’ai donc du désir sexuel/de la libido.
Mais voilà, mon désir sexuel/ma libido ne s’attache à aucune personne physique. Je ne suis attirée par personne.
Et cela n’empêche pas forcément d’avoir de rapports sexuels. Si on est un asexuel sex-positive, on peut très bien choisir d’avoir des rapports sexuels pour d’autres raisons que l’attirance sexuelle. On peut vouloir approfondir son intimité, que sais-je encore…
Sur ce test, il y a un panel assez représentatif des différents types possibles dans le spectre de l’asexualité. »

* greysexuelle – personne ressentant peu de désir sexuel, de « grey » en anglais, qui signifie « gris », l’idée étant de dire qu’on est pas forcément complètement sexuel.le ou complètement asexuel.le, on peut situer la puissance et la fréquence de son désir sexuel sur toute une palette de nuances (une explication plus détaillée en anglais ici)

* tu as simplement une libido peu développée – d’ailleurs cette dernière hypothèse rejoint un peu celle d’au-dessus, à ceci près que les termes « greysexuel.le » « graysexuel.le »ou encore « demisexuel.le » ou bien « Grey-A » tendent à créer une identité et une communauté de partage d’expérience autour d’une dénomination

Tu es la seule à pouvoir (si tu le souhaites) te définir comme faisant partie de telle ou telle catégorie, mais encore une fois, personne ne peut le dire à ta place ni même te forcer à te définir. L’important au fond c’est que tu sois dans une sexualité qui te convient à toi, cependant tu décris ton rapport à la sexualité comme étant problématique. Or s’il est pour toi source de souffrance, tu peux tout à fait consulter (un.e psy, sexologue, groupe de parole, etc). Sache juste que le fait d’avoir une libido assez basse n’est pas nécessairement un problème en soi et ne t’empêchera par exemple pas de nouer des relations romantiques comme tu sembles en avoir envie.

J’espère avoir pu t’aider et je t’embrasse.

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés

4 commentaires

  1. Pingback: C’est quoi l’Asexualité ? |

  2. Pingback: Asexualité | Pearltrees

  3. Pingback: La linkothèque 100% asexuelle ! | Simonæ

  4. Pingback: ASEXUALITE | Pearltrees