Mon copain n’a jamais été très « cul », je suis persuadée que c’est ma faute

Voilà je sais pas si c’est très sexy comme question car c’est liée à la libido dans le couple, mais c’est ma triste réalité. Je suis une fille, et mon copain n’a jamais été très tourné cul. On faisait la chose une fois tous les deux jours la première année de notre relation, puis ensuite une fois par semaine, puis après… une fois par mois. Moi ça ne me suffisait pas, et j’essayais de lui faire comprendre mais il est complètement bloqué quand on parle de cul, il n’y arrive pas. J’ai toujours eu l’habitude d’être assez ouverte sur ce sujet et d’en parler librement, je trouve ça important pour évoluer ensemble, prendre son pied, et le cas échéant, comprendre comment fonctionne l’autre (je peux comprendre quo’n est des envies différentes). Sauf qu’il est très mal à l’aise sur ce sujet, et que j’ai réussi à me persuader que j’étais moche, et imba*sable (quelle horrible expression…)… Et maintenant c’est à mon tour de ne plus avoir de libido (tout en fantasmant allégremment sur le garçon d’à côté et en pouvant me masturber « en cachette »). Je ne comprends pas, je peux penser au cul toute la journée et une fois rentrée chez moi au lit avec mon mec, j’ai envie de tout sauf qu’il me touche. Les fois où il se passe dorénavant quelque chose, c’est quand lui en a enfin envie, et encore je suis tellement persuadée que soit il se force pour me faire plaisir, soit il a juste besoin de tirer son coup mensuel sans plus de romantisme que ça, que je n’apprécie pas du tout ces moments… qui s’effectuent dans le noir, avec des préliminaires foireux qui me rendent triste… Je suis rentrée dans un cercle infernal complètement absurde qui ronge mon couple. Et quand j’essaye de lui en parler, je fais pire que mieux car il est atterré de voir comment je vis la chose… Help Diane… (et merci <3)

Hello,

Alors tout d’abord, je te rassure, toutes les questions qu’on m’adresse ne sont pas particulièrement « sexy » (au sens de « excitantes »), mais on parle de sexualités, donc t’es en plein dedans! Ensuite, il est aussi important que tu saches que tu n’es pas du tout la première ou la seule fille en couple avec un homme qui rencontre ce type de souci (et je peux le prouver, HOP clic clic).

Donc, si je comprends bien, tu te retrouves aujourd’hui face à un problème multiple, c’est à dire : le souci d’origine qui n’est pas forcément très grave (ton copain et toi n’avez pas la même libido, et plus précisément tu as plus envie de sexe que lui) mais qui s’est compliqué avec le temps (tu as internalisé le fait qu’il avait moins envie, et même extrapolé le truc en te disant qu’il avait pas du tout envie non pas de sexe mais de TOI) et la difficulté à communiquer sur le sujet. Aujourd’hui vous vous retrouvez donc un peu dans une impasse, ou en tout cas vous n’arrivez pas à envisager une façon satisfaisante pour vous deux de continuer votre relation. On va donc prendre les choses dans l’ordre si tu veux bien pour essayer de détricoter tout ça!

Il a moins envie que toi. Pourquoi c’est un souci?

Dans un couple, notamment monogame (mais pas que), les différences de libido ne sont pas toujours faciles à gérer. Une personne peut se sentir frustrée, rejetée, pas assez désirée, etc. Et en face son/sa partenaire peut se sentir mis⋅e sous pression pour satisfaire l’autre (au risque de se forcer à faire des choses qu’ielle n’a pas envie de faire). Mais ce qui intervient aussi dans ton cas, ce sont les bonnes vieilles normes de genre! Tu sais, celles qui disent que tous les hommes ont tout le temps envie de baiser, c’est dans leur nature, si si, ils doivent « semer » tu comprends? On nous l’a tellement fait comprendre, et depuis le plus jeune âge (« les garçons ne pensent qu’à ÇA »), que cette idée est très difficile à déloger. Du coup, puisqu’on a enregistré qu’un mec DOIT avoir une hyper développée, si on se retrouve dans une relation avec un garçon qui n’est pas hyper porté sur la chose, on se dit que ça n’est pas possible. Non. Il doit y avoir un problème. Et évidemment, le problème doit venir de la meuf (toi) qui n’a pas rempli son propre rôle de genre, à savoir : exciter monsieur! Tu as donc conclu que si vous n’aviez pas autant de rapports que ce que tu aurais voulu c’est parce que tu étais « moche et imbaisable ».

Pourtant, tu l’as dit toi-même, il « n’a jamais été très tourné cul », et a priori c’était déjà comme ça avant de te rencontrer donc rien à voir avec toi! Bien sûr les tensions dans le couple peuvent jouer parfois mais il y a juste des personnes qui sont peu ou moins intéressées par le sexe, ou alors pour qui cette envie est très fragile. Dans ce cas, elle peut être perturbée par plein d’éléments qui n’ont rien à voir avec le couple/la relation dans laquelle elles se trouvent : prise de certains médicaments (antidépresseurs, certains traitements hormonaux…), souci rencontrés dans le milieu professionnel, amical, financier, ça peut aussi être du à la fatigue, au stress, à une mauvaise hygiène de vie… Bref, la libido c’est parfois un petit animal sauvage qu’il faut savoir apprivoiser sans essayer de le capturer sous peine de le voir s’échapper!

Du coup, tu fais quoi?

Si ton copain est ok avec son niveau de libido actuel, que ça lui convient, il n’y a pas un milliard de solutions pour toi. Soit tu l’acceptes, tu décides que votre relation est suffisamment importante et signifiante à tes yeux pour que cette différence dans le domaine sexuel soit sinon une situation avec laquelle tu es prête à composer. Dans ce cas, comment faire pour que vous vous y retrouviez tous les deux? Eh bien de ton côté ça peut être le fait de te procurer du plaisir toi-même (non non ce n’est pas réservé aux personnes qui ne peuvent pas/veulent pas avoir de rapports sexuels, c’est une sexualité à part entière que de partir à la découverte de ses envies, de sa sensibilité, de ses fantasmes, etc…). Tu as déjà commencé à le faire « en cachette », mais pour le coup je ne pense pas que ça aie besoin d’être dissimulé, c’est juste intime mais pas honteux! Autre possibilité? Rediscuter des modalités de votre couple, et en particulier de l’exclusivité sexuelle. Tu as beaucoup plus envie que lui, tu es malheureuse au rythme qui est le vôtre à l’heure actuelle, tu tripes sur « le garçon d’à côté »… Pourquoi ne pas envisager que tu puisses trouver avec d’autres les contacts sexuels qui ne l’intéressent pas vraiment? Si ces options te/vous paraissent impossibles et votre différence à la fois problématique et irrémédiable, cela peut signifier que vous arrivez face à une impasse dans votre relation.

Quelle que soit ton opinion ou l’option qui te semble préférable, ça peut quand même aussi valoir le coup de t’interroger sur ce qui te manque : est-ce que ce sont les rapports sexuels, ou est-ce que c’est la communication, l’intimité, la tendresse? Parce que ces trois dernières choses, on peut les trouver dans plein d’autres pratiques comme les câlins, les attentions, la discussion….

Si ton copain n’est pas heureux avec sa/votre vie sexuelle, vous avez plusieurs options aussi. Il se peut qu’il préfère travailler là dessus seul, au moins dans un premier temps. Vues les difficultés qu’il a pour en discuter avec toi si je comprends bien ce que tu m’expliques, c’est une possibilité bien réelle à envisager. Ne te sens pas « exclue » pour autant : la sexualité, si elle se construit  souvent à plusieurs, est basée sur des fondations uniques à chaque individu⋅e, donc aller remuer là dedans peut être un exercice très personnel. Peut-être qu’il culpabilise parce qu’il sait ou sent que tu n’es pas satisfaite par vos rapports à l’heure actuelle et qu’il a besoin de sortir de cet état d’esprit en solo. Pour cela , il peut s’adresser à un⋅e psy ou sexologue qui pourra l’aider à comprendre  d’où vient son souci et surtout à trouver des solutions qui lui conviennent. Si il a envie de t’inclure dans sa démarche, que ce soit tout de suite ou dans un second temps, vous pouvez consulter, ensemble, un⋅e thérapeute de couple (certain⋅e⋅s proposent leurs services gratuitement dans les centres de planification –> pour en trouver un près de chez toi) ou encore un⋅e sexologue.

Le premier truc je pense c’est de réussir à (re)trouver une façon de communiquer sans vous accuser ou vous braquer, sans être dans l’agression ni sur la défensive. Plus facile à dire qu’à faire, hein? Entendre les ressentis de l’autre sans le prendre sur soi, exprimer les siens sans chercher à se justifier ou rendre l’autre responsable, ça s’apprend! C’est aussi pour ça que parfois l’avis d’un⋅e professionnel⋅le peut être utile, car ielle vous apporte une point de vue extérieur, dépassionné, et bien sûr des outils et exercices qui peuvent vous aider à débloquer une situation dans laquelle vous n’êtes pas bien.

Voilà, j’espère que cela pourra te/vous permettre de vous reconnecter <3

Bises printanières

Cette réponse existe grâce au soutien de @thomas_messias sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés