Comment expliquer à son entourage que notre sexualité n’est pas une provocation ou la conséquence d’accidents?


Coucou Diane !

Question davantage sémantique que technique – En tant que non-hétéro, on est parfois amené à expliquer les aspects de sa sexualité à son entourage ou à ses partenaires (ne serait-ce que pour faire son coming-out). Chacun ayant ses petites idées sur la question, il peut être compliqué de ne pas tomber dans « l’éducation » à ces moments là, où l’interlocuteur peut réagir de façon vive et croire qu’on se considère supérieur, ni dans le « débat d’idées », qui finit souvent en « j’ai mon opinion, tu as la tienne, on ne peut pas avancer ».

Face à des personnes un peu susceptibles, qui vont souvent se bloquer et interrompre l’échange dès lors qu’il y a un désaccord, comment peut-on faire pour expliquer à ses partenaires ou à son entourage que notre sexualité n’est pas un moyen de paraître marginal ou de s’intégrer à une communauté, qu’elle n’est pas forcément la conséquence d’accidents ou de circonstances particulières et qu’elle est quelque-chose que l’on identifie soi-même et pas par rapport à l’opinion des autres.

Merci beaucoup !

Coucou toi!

C’est une question délicate… En effet ce n’est pas toujours facile d’expliquer les choses clairement et simplement sans tomber dans le côté professeur⋅e qui a tendance à crisper les gens. Après, le fait que les personnes se sentent attaquées dans leurs modes de vies, leurs identités ou leurs orientations sexuelles parce que tu parles de la tienne et qu’elle est différente, ce n’est pas évident à gérer parce que ce n’est pas vraiment rationnel. A priori, il n’y a aucune raison pour que (exemple au hasard mais pas au hasard) des hétéros se sentent agressés dans leur vie amoureuse et/ou sexuelle parce que tu leur dis que tu es gay ou lesbienne. Mais en pratique, ces réactions sont assez courantes, et on se retrouve parfois face à des personnes pour qui le simple fait de parler d’envies et/ou de choix différents est vécu comme un reproche, une façon de dire que leurs choix et/ou envies seraient mauvais ou inférieurs.

giphy (4)

En ce qui concerne l’orientation sexuelle en particulier (qui n’est donc pas un choix, ça vaut le coup de le rappeler à tes interlocuteurs), une façon de faire pour éviter ce type de réaction de la part de ton entourage est de parler de leur propre (hétéro)sexualité. Tu peux par exemple leur demander comment et quand ielles ont su qu’ielles étaient attiré⋅e⋅s par les individus du sexe opposé. Souvent ces personnes te diront qu’elles l’ont su assez tôt et que cela leur paraît complètement « naturel » ou inné… Eh bien tu n’as qu’à leur expliquer que c’est pareil pour toi, que ce n’est donc pas un caprice, une phase, un moyen de te définir comme « autre » ou une façon de te faire remarquer mais tout simplement une attirance que tu ressens et sur laquelle tu n’as pas de prise. Il n’y a donc là aucune « volonté » de « paraître marginal⋅e » et il n’y a pas de raison d’y voir la « conséquence d’accidents ou de circonstances particulières », pas plus que pour leur (hétéro)sexualité à elleux!

giphy (5)

Quant au fait de voir les personnes gays ou lesbiennes comme une « communauté » (à laquelle tu voudrais donc t »intégrer), c’est oublier un peu vite que pour la plupart, ces personnes n’ont en commun que les discriminations qu’elles subissent… Ce qui n’est pas vraiment quelque chose que l’on peut souhaiter… Bien sûr il y a (des parties de) cette « communauté » qui peuvent se serrer les coudes, se réunir, s’entraider, se retrouver dans des lieux dits « communautaires », mais il ne faudrait pas oublier la raison d’être de ces lieux et de ces élans, qui est une exclusion des autres lieux… Si tous les gays, lesbiennes, bi⋅e⋅s et queer en tous genreS se sentaient à l’aise pour se voir, boire des coups, faire du sport, s’embrasser dans des lieux ou avec des personnes non spécifiquement gays, lesbiennes, bi⋅e⋅s et queer sans avoir peur de subir des regards désapprobateurs, des commentaires déplacés voire des violences physiques, peut-être qu’ielles ne ressentiraient pas autant le besoin de se retrouver entre elleux.

giphy (2)

Pour terminer, je dirais qu’en ce qui concerne les (potentiel⋅le⋅s) partenaires, tu as le droit d’exiger un minimum d’intelligence sur le sujet, et de décider par exemple, que tu ne souhaite pas partager ta vie/ton lit, avec des personnes qui ne sont pas capables de te prendre tel⋅le que tu es. Avec les ami⋅e⋅s cela peut sembler plus difficile mais dans une certaine mesure c’est vrai aussi : s’ielles ne sont pas prêt⋅e⋅s à t’écouter quand tu parles de ton identité et à t’accepter comme tu es, c’est pour le moins problématique. Que ça puisse prendre un petit temps d’adaptation et de réflexion, cela peut se comprendre, mais au delà de ça, tu es en droit de te poser la question : « est-ce que je veux des personnes dans ma vie qui me jugent pour ce que je suis ou pour les personnes qui m’attirent ou que j’aime? ». Pour la famille c’est évidemment plus compliqué encore, puisque ce ne sont pas des personnes que l’on choisit, mais on peut choisir de les voir ou pas, d’être en contact ou pas… A toi de voir les limites que tu souhaites poser au delà desquelles tu peux prendre tes distances avec les personnes qui te blessent ou t’offensent.

Tu n’as à rendre de comptes sur ton identité à PERSONNE, vraiment. Tu es comme tu as, tu aimes qui tu aimes, tu fais du sexe (ou pas) avec qui tu veux (tant que la/les personne⋅s est/sont aussi partante⋅s!).

J’espère que cette réponse t’aidera,

Je t’embrasse

Cette réponse existe grâce au soutien de @TheHolyCulotte sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés