Comment puis-je aider ma copine à moins complexer?

Salut,
Voilà je suis en couple depuis quelque mois avec ma copine et nous vivons une parfaite idylle. Seul bémol, elle a un petit complexe, elle a quelque formes (que j’aime et que je trouve mignonne) et elle se cache très rapidement avant/après avoir fait l’amour.
En étant plus explicite, elle ne s’assoie jamais nue sans cacher son petit bidon d’amour.
Comment puis-je l’aider à moins complexer et à lui faire réaliser que sa beauté n’est en rien touchée par ça ?

Ps : Au début de ma relation j’étais celui qui complexais mais j’ai vite réalisé que ce n’était pas grand chose.
Ps²: Merci de nous aider et d’éclairer nos petits lanternes ! Que de pipoutance et de gentilesse !

Hello :)

Déjà : contente pour vous, tu dis que vous vivez « une parfaite idylle », et ça fait plaisir à lire! (Et aussi merci pour le mignon compliment <3)

Bien, ensuite, pour en venir à ta question, c’est à dire le « bémol » selon toi à votre histoire merveilleuse : ta copine a un complexe concernant ses formes/son ventre, ce que tu penses avoir dénoté parce qu’elle « se cache » lorsqu’elle est nue, et tu voudrais l’aider. Bon.

Premier truc qui me vient à l’esprit en lisant  ta question : est-ce que c’est vraiment un problème que ta copine ait un complexe? Un problème pour toi? Pour elle? Je veux dire : en théorie, dans l’idéal, on est d’accord, ce serait génial que personne n’aie de complexe sur son corps et qu’on puisse tou·te·s gambader nu·e·s, bourrelets, vergetures, poils et cicatrices au vent, chabadabada toussa.

tumblr_n7wkemWatG1stohs9o1_400Un peu comme ceci

Malheureusement, nous ne vivons pas en théorie, et dans le vrai monde où on habite, je ne crois pas connaitre beaucoup de personnes qui n’ont pas (au moins) un complexe (plus ou moins important) sur une partie de leur apparence physique. Tu l’as dit toi-même, au début de votre relation, c’est toi qui te sentais en insécurité par rapport à ton aspect extérieur… Ça t’est passé vite, et TANT MIEUX pour toi, c’est très cool :) Mais ça n’est pas le cas de ta copine, qui fait donc partie des (je pense) environ 99,9999999% de personnes socialisées en tant que filles/femmes qui estiment que leur corps est trop quelque chose et/ou pas assez telle autre (trop grosse, trop minc,e trop grand,e trop petite, trop musclée, pas assez tonique, etc etc).

honey-boo-boo

Évidemment, ça n’est pas génétique, et si les filles/femmes sont souvent aussi préoccupées (et insatisfaites) de leur apparence physique, c’est majoritairement à cause de facteurs sociétaux et culturels. On leur apprend, à travers plein de petites choses tout au long de leur vie (des remarques familiales à celles de l’encadrement scolaire, des ami·e·s… aux messages portés par les livres, films, publicités et l’immense majorité des représentations médiatiques) que la chose la plus importante pour une fille/femme, ce que l’on remarque en premier lieu chez elle quel que soit le contexte, ce sur quoi elle sera jugée avant toute chose, ce qui fait qu’elle est intéressante, c’est son apparence physique.

tumblr_lm8y73v2nZ1qapt3zo1_500

On leur enseigne aussi, par ces mêmes moyens, qu’être jolie/belle, ça veut dire correspondre à un certain standard de beauté souvent inatteignable car contradictoire : il faut être mince mais pas trop sinon c’est moche, avoir des rondeurs mais au bons endroits (les nichons et le cul, concrètement) sinon tu es grosse et ça c’est MAL, blanche mais pas trop pâle, bronzée mais pas noire… BREF c’est mission impossible de correspondre à cet idéal, mais la pression est tellement omniprésente au quotidien qu’il est très compliqué de se détacher de cette norme, même quand on en a conscience. Non, il ne suffit pas, comme le pensent/disent certain·e·s de « s’en foutre de l’avis/du regard des autres », si c’était aussi simple ça se saurait, et puis ça ne change rien à la partie des injonctions qu’on a internalisées et au regard qu’on pose sur soi-même.

2

Après, chacun·e peut aussi apprendre à vivre avec son/ses complexe·s afin de limiter les effets qu’il·s a/ont sur l’estime de soi, le rapport à l’autre (et en particulier les rapports affectifs et/ou sexuels). Avoir un/des complexe·s n’est pas vécu par tout le monde comme un (gros) problème, et certain·e·s s’en arrangent assez bien. C’est peut-être le cas de ta copine? Le fait qu’elle ne soit pas forcément à l’aise nu·e ne l’empêche apparemment pas d’avoir des rapports sexuels et une relation que tu décris comme « idyllique »…

Donc le premier truc que tu peux faire, je crois, c’est de te demander si ça constitue effectivement un problème pour ta copine. Si c’est le cas, la deuxième question que tu peux te poser, c’est : a-t-elle envie/besoin d’aide sur ce sujet, et si oui, est-ce qu’elle attend/veut une aide de ma part (et pas de la part d’ami·e·s, de sa famille ou d’un·e psy, par exemple)? Pourquoi? Parce qu’il faut bien se rappeler d’un truc : on ne peut pas aider les gen·te·s contre leur gré, même si on est plein·e de bonnes intentions, le plus important est d’être centré·e sur ce que veut la personne, sans calquer nos impressions et/ou nos envies sur elle…

-I-m-here-to-help-shadowhunters-tv-show-39149623-500-230

Comment faire alors pour en avoir le cœur net, être sûr·e de ne pas brusquer la personne ou lui imposer une aide dont elle ne veut pas? Ben c’est pas évident!

Dans ton cas, ce que tu peux faire c’est peut-être simplement (continuer à?) lui faire des compliments par exemple, et je ne parle pas de compliments uniquement sur son physique (c’est pas interdit non plus mais elle est bien plus qu’une simple enveloppe corporelle et j’imagine que si tu es avec elle c’est que tu lui trouves plein d’autres qualités), être présent pour elle quand elle a besoin de toi, la soutenir dans ses projets et ambitions, la rassurer quand elle te le demande… En fait juste te comporter comme un petit ami attentif et sympa, quoi :)

C’est peut-être un peu frustrant à recevoir comme réponse, parce que je sens bien que tu voudrais une solution un peu plus concrète, mais concrètement, il n’y a qu’elle qui peut changer son regard sur elle-même, et apprendre à s’aimer soi-même est un travail solitaire et fastidieux, peut-être celui qu’on fait toute sa vie…

giphy-9

Sur ces poétiques paroles, j’espère quand même que tu auras trouvé des bouts de trucs intéressants,

Bises

Cette réponse existe grâce au soutien de @Arjuna_Corax sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés