Comment savoir si on est fait.e pour le polyamour?

Bonjour, je me suis pas mal renseignée sur les fondements du polyamour et je trouve ça formidable. Mais comment savoir si on est fait pour ? Comment « sauter le pas » ? Je me lasse sexuellement et sentimentalement assez vite dans mes relations mono-hétéro. Il y a t-il plus de polyamoureux qu’on ne le croirait ? :)

Hello!

C’est ma première question là-dessus et ça me fait très très plaisir, voilà, il fallait que je le dise!

giphy

YAY

Bien, revenons à nos étoiles de mer. Alors pour commencer : le polyamour, comment savoir si on est fait pour? Je dirais que ça me semble très compliqué pour ne pas dire impossible de le savoir sans essayer. Parce que même si on peut s’imaginer ou se figurer telle ou telle situation, on ne sait jamais VRAIMENT ce que l’on va ressentir lorsqu’elle nous arrivera VRAIMENT ni comment on va réagir.

Passons donc à ta seconde question (qui me laisse penser que tu étais arrivée à la même conclusion que moi sur le premier point ^^). Comment sauter le pas? Là, plusieurs solution s’offrent à toi.

Tu peux continuer à rencontrer comme tu le fais déjà, des personnes à qui tu pourras expliquer que tu souhaites tisser des relations non exclusives. Parmi ces personnes, certaines accepteront, d’autres s’interrogeront, d’autres seront vexées voire offensées, c’est assez difficile de savoir à l’avance et sans autre information, comment ces personnes vont interpréter ton désir d’amours multiples.

Ou… Tu peux passer par un site de rencontre qui permet d’afficher ta recherche spécifique et de croiser le chemin d’autres personnes ayant les mêmes envies et attentes. C’est notamment le cas d’OK Cupid (ce n’est pas la première fois que j’en parle mais ce n’est pas pour rien, ce site est génial!!!!) : dessus, tu peux choisir ton genre ainsi que ton orientation et le type de relation que tu cherches sur une palette large qui va bien au delà du binaire H/F gay/hétéro relation/plan Q que tu trouves souvent sur les autres applis ou sites de dating.

Sinon tu peux aussi essayer de te renseigner pour voir s’il existe près de chez toi des assos qui organisent des événements, je sais qu’à Paris il y a des « cafés polyamoureux » par exemple, où les gens débattent et échangent sur leurs expériences, envies, doutes… et se rencontrent, évidemment!

Je ne sais pas si « il y a plus de polyamoureux qu’on le croirait » parce que le couple monogame reste une norme extrêmement puissante, et en sortir veut dire s’exposer à pas mal de jugements et critiques : une femme polyamoureuse tombera bien évidemment dans la catégorie des « salopes », et les hommes seront suspectés de ne pas « vraiment satisfaire » leur partenaire. Il y a peut-être aussi une tendance à se dire polyamoureux parce que ça fait cool, et je crois que certaines personnes utilisent ce terme un peu à tort et à travers, sans que cela signifie quoi que ce soit de particulier pour elles. A l’inverse, il y a aussi plein de gens qui ont interrogé la norme du couple monogame et ont décidé que ça ne leur convenait pas, et d’autres encore qui ressentent que c’est ce qui leur sied le mieux. L’idée n’est pas de remplacer une norme (la monogamie hétéro) par une autre (le polyamour pansexuel). L’idée je crois c’est que chacun.e trouve ce qui lui convient et puisse vivre ses relations sentimentales et sexuelles comme il/elle l’entend, sans être discriminé.e ou jugé.e pour cela.

 

600px-Polyamory_large

Par ailleurs,ce n’est pas parce que les gens portent l’étiquette polyamoureux, avec tout ce qu’elle laisse supposer de bienveillance, d’attention et d’éthique vis-à-vis des partenaires (selon beaucoup de polyamoureux, c’est ce qui les sépare des libertins), qu’ils ne peuvent pas s’avérer être de parfaites enflures, après tout, ce ne sont jamais que des humains… Donc les mêmes règles de bon sens et de prudence s’appliquent qu’avec n’importe qui, même s’il ne faut évidemment pas voir le mal partout.

Je terminerai quand même par noter que tu associes monogamie et hétérosexualité, et c’est compréhensible puisque c’est souvent lié dans l’esprit des gens, mais l’orientation sexuelle, contrairement au type de relation, n’est pas un choix de vie, c’est important de le rappeler. On peut bien sûr expérimenter si l’on se sent attiré.e par une personne du même sexe, mais attention à ne pas blesser au passage des gen.te.s dont c’est la vraie vie, et pas une simple expérience.

J’espère t’avoir un peu éclairée,

Bises

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés