Femme cis, j’ai plusieurs fois pratiqué la sodomie, j’ai trouvé ça sympa et excitant mais je ne réussis jamais à rester très longtemps

 

Je suis une femme cis. J’ai plusieurs fois pratiqué la sodomie. J’ai trouvé ça sympa et excitant mais je ne réussi jamais à rester très longtemps, au bout d’un moment j’ai l’impression d’une gène (et l’impression que je vais avoir envie d’aller aux toilettes ^^). Tu aurais des astuces pour rendre la chose plus agréable ? :) Merci !

Hello!

Alors, en dehors de la préparation (prendre le temps de « préparer » l’anus, en le léchant et/ou en le caressant et/ou en le pénétrant d’abord avec un doigt, puis deux, ou en utilisant un plug anal… pour faire monter l’excitation et favoriser la détente du sphincter – le muscle qui est habituellement contracté et « ferme » l’anus) et de la lubrification (il ne faut surtout pas hésiter à utiliser du lubrifiant et éventuellement à en rajouter si le rapport dure un peu ou si on sent que ça chauffe ou que ça tire, vu que l’anus lubrifie assez peu naturellement).

giphy-8

Ceci est une métaphore de glisse. Voilà voilà.

Tu ne sembles pas ressentir de douleur, ce qui me laisse penser que ces points de « préparation » sont plutôt acquis de ton côté, et que la « gêne » que tu dis ressentir est d’une autre nature, ce que confirme ta précision que tu as l’impression d’avoir « envie d’aller aux toilettes ». Alors effectivement, c’est un ressenti extrêmement courant et qui aura tendance à s’estomper avec l’expérience. En effet, les premières fois on a un peu du mal à comprendre la sensation de la pénétration anale puisqu’on n’est pas habitué.e à être touché.e à cet endroit, et les seules sensations que l’on connaît dans cette zone sont liées à l’excrétion. Mais l’anus peut être une zone de très grand plaisir, et ce que l’on ait une prostate ou pas.

giphy-6

 

C’est surtout une question de mental en fait, de parvenir à dépasser l’idée selon laquelle « c’est sale », comme l’explique très bien The Holy Culotte dans ce billet. Parvenir à lâcher prise, et à envisager son anus comme une zone érotique à part entière c’est vraiment la clé pour dépasser cette gêne ou ce blocage que l’on peut avoir. Pour cela, tu peux aussi en parler a ton ou ta partenaire qui pourra te donner confiance, te guider et t’encourager dans ta quête du plaisir anal.

En espérant avoir pu t’aider,

Bises

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés