J’aimerais avoir une relation amoureuse et sexuelle mais je n’aime vraiment pas le genre de filles de nos jours

(attention, pavé incoming !)
Hello !
Je pense que ma situation est tout à fait particulière. En effet, je n’ai pas trouvé d’autres sujets du même type sur le site :'(

Voici donc ma question : Je suis un garçon 19 ans et ne me reconnaissant vraiment pas dans les jeunes d’aujourd’hui, je ne sors pas et n’ai que très peu d’amis (et en étant dans une filière où 90% des étudiants sont des hommes, on va dire que le contact avec la gente féminine n’est pas facilité ^^). Je n’ai donc ni copine ni relations sexuelles et cela m’embête étant donné que j’aimerais en avoir.

C’est en réalité un peu plus compliqué.

Je n’ai pourtant pas de mal à avoir de conversation avec les gens, au contraire, si quelqu’un amorce une conversation, c’est avec plaisir que je discute ! Mais je ne suis pas capable d’aller vers quelqu’un et encore moins draguer une fille (je n’aime pas cette « pratique » car je déteste embarrasser les gens, donc aller discuter avec une inconnue que je pourrais déranger n’est pas quelque chose que je fais).
Le truc c’est que je n’ai vraiment pas envie d’avoir une relation avec la première venue, loin de là. Je n’aime vraiment pas le genre de filles de nos jours : sortent, boivent, se droguent, n’ont aucune personnalité, sont fermées d’esprit. Oui c’est très dur de dire que toutes les filles sont ainsi … Mais c’est la manière dont je vois la plupart d’entre elles.
L’ouverture d’esprit et la personnalité compte énormément pour moi, et en me fermant socialement comme je le fais, c’est quasi impossible d’aller dénicher la bonne fille … Je le sais et je ne suis pourtant pas prêt à changer radicalement, étant donné que je déteste boire, fumer et sortir, je n’entre pas dans ce standard de la société qui me permettrait de faire des rencontres.

Évidemment que j’ai un désir sexuel, mais je préfère prendre sur moi et attendre, attendre de finir mes études, avoir un métier, … et après ? C’est pas en aillant un métier que je ferais encore plus de rencontres.
Je me pose énormément de questions mais les seules réponses que je trouve me mettent parfois encore plus mal …
Le pire dans tout ça c’est que j’étais très différent avant : j’ai eu plusieurs copines et je sortais souvent. D’ailleurs ma dernière fût la seule que j’ai aimé et ça a durée plus de 7 mois. L’amour est vraiment une très bonne expérience, et étant donné l’état dans lequel je suis en ce moment (beaucoup d’idées noires …), une relation amoureuse et sexuelle me ferait le plus grand bien !

Désolé d’avoir écrit un tel pavé, mais je ne savais vraiment pas à qui j’aurais pu en parler (peut-être me suis-je trompé d’endroit auquel cas je m’excuse). En tout cas ça m’a fait du bien d’en parler :)

Je n’attend pas forcément une réponse à une question précise, mais plutôt des conseils. Je sais que le remède serait de la bonne volonté, mais je ne peux pas vraiment me changer et me transformer en dragueur ou en mec super sociable.

Hello!

Tout d’abord, tu n’as pas à t’excuser d’avoir écrit une longue question, tu es loin d’être le seul à avoir fait ça, et c’est que tu devais ressentir le besoin de donner les précisions et détails de ta situation. D’ailleurs tu dis n’avoir pas trouvé d’autres sujets du même type, mais il me semble avoir répondu à des interrogations un peu similaires ici par exemple, ou encore avec cette réponse ou celle-là (et encore, ce ne sont que les plus récentes!). Donc déjà, je ne sais pas si cela peut commencer à te rassurer, mais tu es loin d’être la seule personne à rencontrer des difficultés à nouer des relations amicales, amoureuses et/ou sexuelles à ton âge.

Tu dis ne pas te reconnaître dans « les jeunes d’aujourd’hui », pourtant tu en fais partie, non? Tu es donc bien placé pour savoir qu’on ne peut pas décrire toute une génération par quelques caractéristiques stéréotypées, comme celles que renvoient parfois les médias ou les institutions (école, famille, etc…). C’est vrai qu’on a l’habitude d’entendre ce genre de clichés, souvent avec un côté négatif d’ailleurs, par exemple les jeunes n’ont plus de respect, ielles sont feignant⋅e⋅s, les jeunes prennent de plus en plus de risques, ielles ne savent plus communiquer à cause de la placer que prennent les écrans, etc etc… Autant de généralités qui ne décrivent pas toute la diversité et la complexité d’une tranche d’âge au complet, et c’est dommage.

« Le/la jeune d’aujourd’hui », ielle n’existe pas, en fait. Selon leur milieu social, culturel, leur éducation, leur personnalité, les rencontres, tou⋅te⋅s ont une individualité qui leur est propre et unique. Le sentiment de ne pas être comme les autres, ironiquement, il est presque universel, même si certaines personnes le ressentent plus fort. Ça arrive à tout le monde d’avoir cette impression, et peut-être plus encore à l’adolescence, puisqu’on est en pleine construction de notre personnalité, qu’on se détache des bases sur lesquelles on a grandi (édictées essentiellement par la famille, mais aussi par l’école) pour s’émanciper avec de nouveaux principes (qui peuvent être plus ou moins fortement influencés par nos ami⋅e⋅s…).

Par ailleurs, mais c’est lié je crois, tu fais des filles de ta génération un portrait qui se veut assez peu flatteur : « le genre de filles de nos jours : sortent, boivent, se droguent, n’ont aucune personnalité, sont fermées d’esprit. » Là encore, on dirait que tu parles de personnes qui seraient complètement différentes de toi, pourtant il y a de bonnes chances que vous ayez plus en commun que tu ne le penses peut-être. Je m’interroge aussi sur le fait que tu sembles trouver que c’est un problème que les filles « sortent » : pourquoi? Après tu affirmes qu’elles « boivent, se droguent », mais ce n’est pas le cas de toutes et d’ailleurs de manière générale elles consomment moins de drogues (licites – tabac, alcool- ou illicites -cannabis, etc-) que les mecs! Enfin tu assures qu’elles « n’ont aucune personnalité » et « sont fermées d’esprit », ce qui est assez dur, tu le reconnais toi-même, et surtout pas fondé je dirais. Sur quoi te bases-tu pour donner cette opinion? Des rencontres qui se sont mal déroulées? Tu as pourtant eu plusieurs copines par le passé, dont une que tu as aimée, c’est bien que toutes les filles ne sont pas si mauvaises que ça,non?

Bien sûr, cela peut arriver de tomber sur des personnes (mec ou meuf) qui se comportent mal, sont désagréables ou nous blessant⋅e⋅s, mais cela ne justifie pas de porter des jugements sur l’ensemble du sexe/genre. Parce que personne n’est parfait⋅e, et qu’il est bien possible que toi aussi, un jour, tu aies, volontairement ou pas, blessé une personne. Et parce que toutes les filles (ou « la plupart » pour reprendre ta nuance) ne peuvent pas être tenues responsables des agissements d’une ou quelques unes d’entre elles! Tu dis que c’est la filière dans laquelle tu étudies qui complique le rapport avec les jeunes femmes, mais peut-être est-ce aussi cette hostilité que tu ressens à leur égard et qui peut transparaitre?

De ton côté, sans pour autant changer d’identité pour  » te transformer en dragueur ou en mec super sociable », il est possible que tu doives quand même parler avec de nouvelles personnes si tu veux faire des rencontres… Évidemment, c’est plutôt une très bonne chose de ne pas vouloir embarrasser les gens, mais on peut aborder une personne sans l’embêter. Il faut juste 1/ choisir son moment : quand la personne a l’air stressée, pressée, pas dispo, préoccupée, c’est probablement pas le bon timing pour aller entamer une conversation 2/ choisir son lieu : pas un endroit désert -c’est flippant-, mais peut-être pas le milieu de la foule dans le métro non plus – c’est oppressant- 3/ ne JAMAIS insister : si la personne ne répond pas, ou qu’elle paraît gênée c’est qu’elle n’a pas envie de parler et plus si affinité, il faut la laisser tranquille! Tu pense que le fait d’avoir un métier ne t’aidera pas à faire des rencontres mais ce n’est pas forcément vrai, en fait il y a beaucoup de couples qui se créent par le biais du travail….

Tu dis que tu étais « très différent avant », que tu « sortais souvent » et je ne peux pas m’empêcher de me demander pourquoi tu as arrêté, s’il s’est passé quelque chose? En plus tu précises qu’en ce moment tu as « beaucoup d’idées noires », est-ce que tu sais comment ça se fait? Est-ce que tu as pu en parler à quelqu’un⋅e? J’ai l’impression que tu ne te sens peut-être pas super bien, et que cette baisse de moral te fait tout voir de manière négative. Du coup, cette posture de repli sur toi et de jugement par rapport à celleux qui t’entourent rend compliqué de débuter une relation amoureuse et/ou sexuelle.

Alors non, je ne vais pas te dire qu’il suffit d’un peu de « bonne volonté » pour sortir de la situation dans laquelle tu te sens coincé. En revanche je pense que ça t’aiderait de réfléchir à ce qui te pose problème, que ce soit avec toi même ou avec les personnes qui t’entourent et/ou de ta tranche d’âge et/ou les meufs de ta génération car je pense que c’est sans doute là qu’il y a un truc qui coince. D’ailleurs, si ça te semble trop dur à démêler tout seul, tu peux éventuellement faire appel à un⋅e ami⋅e, un⋅e parent⋅e ou un⋅e professionnel⋅le (psy) pour essayer d’y voir plus clair.

En espérant que cette réponse te servira,

Bisettes à lunettes

Cette réponse existe grâce au soutien de @MBrancourt sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés