Je complexe grave sur la taille de mon sexe je sais pas comment faire pour ne plus complexer.

Hello!

Je ne sais pas du tout  qui tu es donc ce n’est pas facile de te répondre…

Je peux cependant te dire que de nombreux garçons cis sont préoccupés par la taille de leur pénis, comme tu peux le voir avec cette réponse, ou encore celle-ci et puis celle-ci. La plupart du temps, ces garçons sont inquiets que leur sexe soit « trop petit » (par rapport à qui ou à quoi ce n’est pas très clair). Pourtant, leur sexe n’est pas le seul moyen qu’ils ont pour combler leur.s partenaire.s et il est en réalité plus fréquent, pour ce qui est des femmes qui couchent avec des hommes, qu’elles se plaignent d’un pénis « trop gros », qui peut rendre la pénétration difficile ou douloureuse, que d’un sexe trop modeste!

giphy-1

En réalité, c’est souvent parce qu’on apprend aux garçons qu’ils doivent être grands, forts et performants, en compétition avec les autres qu’il doit battre, sinon ce ne serait pas vraiment un garçon. C’est cet archétype de la « virilité » qui entre largement en jeu dans le regard que les garçons portent sur leur pénis, alors que, encore uen fois, leur.s partenaire.s n’en ont la plupart du temps rien à faire!

D’un autre côté je peux te dire que beaucoup de filles cis aussi sont préoccupées par certains aspect de leur sexe: certaines sont dégoûtées par les poils, d’autres pensent avoir un mauvais goût, et d’autres encore pensent que si leurs petites lèvres dépassent des grandes c’est horrible, moche, ou « anormal » (une idée contre laquelle lutte ce site : le lien contient des photos de vulves ).

giphy-2

Derrière tout ça, il y a des idées comme celle qui voudrait que le sexe soit « sale » ou « mal », ou alors que le sexe ça se passe uniquement entre un garçon et une fille, ou encore qu’une femme a forcément un vagin et un homme un pénis. Mais les sexualités humaines ont souvent du mal à se contenter de ces cadres, puisque nous sommes tous différents, que ce soit au niveau de nos organes sexuels à proprement parler ou du reste du corps et bien évidemment dans nos façons de penser, nos fantasmes, ce qui nous excite ou nous déplaît… Surtout que tout cela est amené à changer ou fluctuer avec le temps.

Un truc qui peut t’aider à arrêter de complexer? Te rendre compte que tu es le/la seul.e à te préoccuper de la taille ou de l’aspect de ton sexe et que ton/ta/tes partenaire.s est/sont probablement trop occupé.e.s à avoir envie de baiser pour passer 15 ans à détailler ton sexe ;)

J’espère t’avoir un peu aidé.e

Smoutch

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés