Je suis vierge et je vais bientôt passer mon premier quart de vie. Cela m’angoisse, j’en ai presque honte…

Voila, je suis vierge et je vais bientôt passer mon premier quart de vie. Cela m’angoisse, j’en ai presque honte parfois et je n’ose pas en parler de peur que l’on me juge. Des conseils ?
Coucou!
Alors déjà (je sais, c’est facile à dire) mais : RELAX, ça viendra quand ça viendra (si ça vient). Tant que tu n’en as pas envie, ou que tu estimes ne pas avoir eu la bonne occasion ou rencontré la bonne personne, et bien rien ne t’oblige à te forcer à faire des choses qui ne te tentent pas, avec un-e partenaire dont tu n’es pas sûr.e ou dans des circonstances qui ne te plaisent pas. Tu n’as certainement pas à avoir honte!
Après que ça te semble compliqué d’en parler, je peux comprendre, les gens sont souvent un peu concons quand on parle de sexualité, et se rassurent aussi en rabaissant les autres ou en se moquant. Cela dit, si tu as un-e ami-e proche, en qui tu as vraiment confiance, peut-être que cela te soulagerait de lui en parler, et peut-être pourra-t-il/elle te prodiguer une écoute, des conseils et un soutien quand tu décideras de faire l’amour (si tu le décides, encore une fois, il est aussi possible de vivre parfaitement heureux sans rapports sexuels quand on n’en a pas envie!).
Si tu veux, tu peux jeter un oeil aux questions un peu similaires auxquelles j’ai répondu ici, et puis aussi ici, et puis là ^^

Bisettes ;)

PS : sur Ask, on m’a envoyé ceci :

Pour l’anonyme vierge à 25 ans : J’ai perdu ma virginité à 26 ans. J’ai tendance à «  »cacher » » se fait et être assez discret sur mon passé sentimental à cause de ça. Il faut pas se leurrer, la majorité des gens ne le comprendront pas et pourront te juger. Dans tous les cas, sache que les relations sexuelles peuvent être des activités cools mais ce n’est pas forcement quelque chose de central dans une vie. Si tu souhaites avoir des relations sexuelles et que tu as peur de ton manque d’expérience, sache qu’à partir du moment où tu écoutes les envies de tes partenaires, tu seras déjà bien devant la plupart des gens ! Je n’ai jamais eu de plainte à ce sujet dans tous les cas. – Un anon qui s’identifie comme asexuel.
[Edit] Une personne m’a contactée sur FB pour me raconter ça
« Je suis asexuelle, j’ai lu énormément de choses sur la question, j’ai moi-même beaucoup théorisé cela, et […] j’en ai assez de lire que l’asexualité est un manque de désir sexuel – de libido. Ce présupposé fait beaucoup de mal à la communauté asexuelle, et c’est aussi à cause de lui que je me suis sentie comme un monstre/une mauvaise asexuelle pendant très longtemps. L’asexualité, en tant qu’orientation sexuelle, indique juste le fait qu’un asexuel n’est attiré sexuellement par personne. Cela ne sous-entend en aucun cas s’il y a présence ou non de libido.
Un asexuel peut fantasmer, être réceptif aux stimuli érotiques, se sentir excité en lisant un livre, en regardant un film… Et il y a aussi des asexuels qui ont des pratiques non « normatives », et qui veulent des rapports sexuels mais seulement en rapport avec l’objet de leur fantasme. Il existe beaucoup de sortes d’asexualités, et je ne les connais sans doute pas encore toutes.
Dans mon cas, je suis autochorissexuelle. Je suis très réceptive aux stimuli érotiques/pornographiques. J’ai donc du désir sexuel/de la libido.
Mais voilà, mon désir sexuel/ma libido ne s’attache à aucune personne physique. Je ne suis attirée par personne.
Et cela n’empêche pas forcément d’avoir de rapports sexuels. Si on est un asexuel sex-positive, on peut très bien choisir d’avoir des rapports sexuels pour d’autres raisons que l’attirance sexuelle. On peut vouloir approfondir son intimité, que sais-je encore…
Sur ce test, il y a un panel assez représentatif des différents types possibles dans le spectre de l’asexualité. »
Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés