Les lectures érotiques (fan-fictions) ont-elles le même effet néfaste que le soft porn sur les adolescents ?

Pensez-vous que les lectures érotiques (fan-fictions par exemple) ont ce même effet néfaste que le soft porn sur les adolescents ? (C’est à dire leur donner une vision de la sexualité qui n’est pas forcément celle de la réalité)

Bonjour~

Avant toute chose, je vais juste rappeler rapidement ce que sont les fanfictions pour les personnes qui ne connaissent pas. Tout comme les fanarts sont des dessins fait par des fans sur un média qu’ils n’ont pas créé, les fanfictions sont des histoires écrites par des fans dans un univers et/ou avec des personnages qui ne leur appartiennent pas. Les plus connues (et les plus nombreuses) sont sans doute les fanfictions sur Harry Potter. Une fanfiction n’est pas nécessairement centrée sur une histoire d’amour ou sur un relation sexuelle, mais il se trouve que comme les personnes ne se retrouvant pas dans la pornographie mainstream se sont approprié ce genre, elles y ont trouvé un terrain propice pour expérimenter leurs fantasmes dans un entre-soi alternatif (non-hétéro, non-cis (1), et assez peu masculin) rassurant.

tumblr_mvmjxy21Vl1sotuj5o1_500Mais on est gentils, hein.

Et donc, est-ce que ce genre d’histoires pornographiques donne une mauvaise vision de la sexualité ? Me concernant, je ne crois pas. Ou plutôt, je ne crois pas qu’elles aient un effet plus néfaste que la pornographie dite classique.

En fait je crois que cette question pourrait s’appliquer à tous les types de pornographie : donnent-ils une vision de la sexualité déformée ? À mon avis, c’est le cas pour tous. Par exemple, la grande majorité des pornos omettent plus ou moins volontairement des parties de la vie sexuelle qui sont considérés comme n’étant pas sexy. Les pets de fouffe, les mycoses, les règles, les « non attends, ton genou me fait mal », toutes ces petites choses qu’on appelle tue-l’amour, on a plutôt tendance à les cacher dans les pornos, et pour cause : le but d’un porno, c’est d’exciter.

tumblr_mzojh6gkfF1s2wio8o1_500Oui voilà, comme ça Joker.

Pour ce qui est des fanfictions spécifiquement je pense qu’elles ont des avantages et des inconvénients. Les inconvénients viennent du fait que les consommateurs et consommatrices de ce genre, comme tous les êtres humains vivant dans notre société, sont victimes des stéréotypes de genre, de l’homophobie « ordinaire », de la misogynie intériorisée, etc etc. Et donc, il est parfaitement possible -s’ielles ne sont pas renseignées- qu’ielles écrivent des histoires présentant des clichés sur l’homosexualité, propageant la culture du viol ou partageant une haine des femmes parfois très violente.

Cependant, comme je l’ai expliqué plus haut les fanfictions sont devenues (majoritairement) un entre-soi alternatif excluant le regard dominant masculin cis hétéro, dans lequel les femmes et les LGBT (2) peuvent exprimer librement leurs fantasmes même les plus hors-normes. Personnellement, c’est dans ce milieu que j’ai pu voir le plus de fantasmes diversifiés. C’est un excellent laboratoire à sexualités dans lequel on peut lire comme écrire des choses qu’on ne trouvera pas dans la pornographie classique. D’une manière générale, il n’est pas rare que les femmes et les LGBT ne se retrouvent pas dans la pornographie mainstream qui est une pornographie faite par des hommes cis hétéros pour des hommes cis hétéros. Du coup, les fanfictions et/ou romans érotiques sont pour elleux une alternative, un milieu dans lequel ielles craignent moins d’être jugées pour leur sexualité et leurs fantasmes. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de jugement dans ce milieu, mais d’une manière générale, le regard cis masculin hétéro étant pratiquement inexistant, beaucoup trouvent plus facile d’exprimer leur sexualité librement dans le monde des fanfictions.

tumblr_mrarkc4CCp1ri3n6vo3_500Oui oui, de « l’amour », oui. Hm.

En conclusion, je crois qu’on peut dire que toutes les pornographies peuvent apporter leur lot de clichés et d’injonctions qui peuvent être problématiques si elles ne sont pas accompagnées. Mais je ne crois pas que la pornographie se doive de retranscrire une sexualité réaliste : la pornographie est, de mon point de vue, davantage un outil qui permet de se fabriquer et d’entretenir des fantasmes. Et comme tout outil, il est imparfait : tout dépend de quelle manière on l’utilise. Selon moi, il est simplement important d’accompagner la consommation de pornographie (quelle qu’elle soit) d’une éducation sexuelle sans tabous, documentée et bienveillante.

Voilà, j’ignore pourquoi cette question a été posée, mais j’espère qu’elle aura pu vous aider d’une façon ou d’une autre. Plein d’ondes positives sur vous.

(1) Cis, ou cisgenre définit les personnes qui sont en accord avec le genre qu’on leur a assigné à la naissance en rapport avec leurs organes génitaux. Par exemple, une personne dotée d’un pénis et qui se considère comme un homme est cisgenre.

(2) LGBT est un acronyme pour Lesbiennes, Gay, Bi, Trans censé représenter toutes les identités sexuelles et les identités de genre qui ne sont pas cis et/ou hétéros. Cet acronyme est néanmoins perfectible car il n’inclue pas les queers, les asexuels, aromantiques, les genderfluids etc. Certaines personnes préfèrent alors l’acronyme MOGAI (Marginalized Orientations, Gender identities, And Intersex – « Orientations et identités de genre marginalisées et -personnes – intersexes » ) qui est plus incluant mais moins connu que LGBT (et donc pas forcément compréhensible, notamment par les personnes qui ne parlent pas anglais).

Myroie

[Ajout de Diane] Les « effets néfastes » des pornographies, dont ont entend beaucoup parler, n’ont en réalité toujours pas été démontrés scientifiquement. Il s’agit (au mieux) d’une extrapolation de l’inquiétude d’adultes face à la construction de la construction de la sexualité chez les adolescentes, au pire d’une panique morale qui oublie un peu vite que les contenus culturels (films, BDs, livres, photos, etc) dits pornographiques ne sont souvent que le reflet de la société dans la laquelle ils sont créés. Ils sont donc, la plupart du temps, aussi sexistes, racistes ou homophobes que la majorité des films, publicités ou romans ne mettant pas forcément en scène une activité sexuelle explicite. Pas plus et pas moins.

Mais aussi, il y a du porno féministe et/ou éthique, oui oui oui!

;)

Cette réponse existe grâce au soutien de Marie S-R.B. sur Tipeee. Merci beaucoup!

 

 

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés