[TW] Comment me reconstruire et retrouver confiance en moi après des expériences sexuelles abusives?

Bonjour Bonsoir.. J’ai longuement hésitée à envoyer un message, mais étant vraiment dans le besoin, je me lance.

Voilà, avec trois expériences sexuelles derrière moi, les trois ne m’ont pas plu (dûes malheureusement à l’alcool).. Je me suis ennuyée, j’ai trouvée ça presque sale, et j’en suis dégoûtée. Dans ma tête, le sexe est quelque chose qui pousse les gens à commettre des choses atroces, abominables.

A la base, le sexe est quelque chose qui m’attire vraiment. J’aimerais moi aussi goûter à ce plaisir et je me sens assez mal de voir que mes amies ont toutes une première fois, une sexualité merveilleuse comparée à la mienne que je trouve assez catastrophique à présent..

Ma première expérience a été avec une fille et m’a éloignée de cette attirance pour les femmes étant donné qu’elle s’est passée assez mal. Ma deuxième était avec un de mes amis, nous n’avons fait que les préliminaires et je n’ai pas pris de plaisir à cet acte, et encore moins lorsque je me suis sentie obligée de le toucher.. J’ai eus l’impression qu’il profitait de moi (étant donné qu’il avait bien veillé à ce que je boive suffisamment pour ne pas me rendre compte de mes actes), et je me suis sentie très mal par la suite.

Et ma troisième expérience avec un garçon complètement inconnu (du moins, rencontré le soir même de l’acte) avec qui j’ai fais ma première fois. Encore une fois, j’ai eus beaucoup de pression et d’insistance de sa part, et je n’ai pas pris de plaisir du tout. Je me suis même sentie très sale. Comme un objet destiné au plaisir personnel. Comme s’il profitait lui aussi de moi. Juste avant j’avais fais une crise d’angoisse suite à un rapprochement très malsain, très terrifiant du beau père d’une cousine, et ce fameux garçon en a profité pour par la suite me toucher lui aussi. Et bêtement je lui ai donné ce qu’il voulait, m’exposant complètement au risque de tomber enceinte bien trop jeune et aux maladies sexuellement transmissibles..

Je me sens à la limite du traumatisme, dégoûtée (surtout des hommes), même très dégoûtée. En tout cas du sexe ‘banal’ puisque depuis un petit bout de temps je me sens (très) attirée par le BDSM (mais pas le BDSM amateur à la 50 nuances de Grey) malgré le fait que je n’ai pas déjà essayée.

Avant tout ça, j’aimais mon corps, j’aimais plaire, plaire aux garçons et savoir qu’ils me désiraient. J’aimais mes formes puisque je savais qu’elles étaient attirantes. A présent, je ne les aime plus. Je ne veux plus les avoir. Je ne veux plus que l’on me touche ou montrer ne serait-ce qu’un petit décolleté et encore moins m’exposer en maillot de bain.. J’ai peur d’attirer ces regards malsains, j’ai peur de revoir une bosse vulgaire derrière leur pantalon ou qu’un homme me touche encore, de me dire que dans leur tête, leur seul désir est que je leur écarte les cuisses..

Suis-je normale d’être ainsi à 17 ans ? Comment pourrais-je chasser ce dégoût ? Comment pourrais-je me reconstruire et reprendre confiance en moi et en mon corps ? Je m’excuse pour tous ce texte très long et très personnel.. Mais j’ai besoin de parler de tout ça, à quelqu’un qui pourrait m’orienter et m’aider..

Bonjour,

D’abord je veux te remercier de m’avoir confié tout ça, ça n’a pas du être facile de l’écrire et de repenser à ces expériences.

La première chose que je veux te dire, c’est que ce qui t’est arrivé n’est en aucun cas de ta faute. Je le répète : tu n’es pas responsable de ce qui t’est arrivé, et il semblerait que tu as surtout eu la malchance de tomber sur des personnes qui se sont mal comportées avec toi.

En dehors de ta première expérience avec une fille, dont tu me dis juste qu’elle s’est « mal passé[e] » et dont je ne peux du coup pas savoir grand chose, les deux autres expériences que tu racontes me paraissent préoccupantes. Des personnes ont apparemment profité du fait que tu n’étais pas dans ton état normal pour te faire (faire) des choses que tu n’aurais sans doute pas accepté (de faire) autrement. Ce n’est pas du tout normal, et ce n’est certainement pas le comportement que l’on peut attendre d’un ami!

Un ami ne te pousse pas à boire pour profiter de toi, c’est un abus et ce qu’il s’est passé entre vous (s’il n’y a pas eu de pénétration) peut être considéré comme une agression sexuelle. Dans la loi (Article 222-27 à 222-30 du code pénal) cela recouvre tout « acte à caractère sexuel sans pénétration commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise ». Lorsque tu es en état d’ébriété, on considère que cela tombe dans le cadre des actes commis par surprise. Le « rapprochement très malsain, très terrifiant du beau-père d’une cousine », si c’est bien de caresses non désirées que tu parles, peut aussi être considéré comme une agression sexuelle.

Quant à ta troisième expérience, le garçon a profité de ta crise d’angoisse pour te toucher, ce qui est juste inacceptable, et tu parles de « beaucoup de pression et d’insistance de sa part », ce qui peut également être considéré comme une contrainte, et faire que la pénétration qui a eu lieu par la suite peut être considérée comme un viol au regard de l’article 222-23 à 222-26 du code pénal qui recouvre donc « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise. »

Le fait de t’être sentie « sale » voire « très sale », « à la limite du traumatisme, dégoûtée », que tu aies pris en grippe ton corps, que tu n’aies plus envie que l’on te regarde, que l’on te touche… Le fait que tu sembles te sentir en partie coupable (quand tu dis « bêtement je lui ai donné ce qu’il voulait »)… Tout cela renforce mon idée qu’il t’est arrivé des trucs vraiment pas cools et que ce serait sans doute bien que tu puisses en parler.

Tu peux notamment contacter le numéro vert pour mettre fin aux violences faites au femmes mis en place par le gouvernement au 3919 ou le collectif féministe contre le viol au 0 800 05 95 95 (attention si tu es travailleuse du sexe, voilée ou trans, l’accueil dans cette dernière pourrait laisser à désirer). Tu y trouveras des écoutant⋅e⋅s formé⋅e⋅s pour accueillir et orienter les personnes ayant subi des violences sexuelles, à qui tu pourras exposer ce qui t’est arrivé, tes ressentis, et éventuellement tes craintes et ton malaise. Il existe aussi ce site, pour lequel tu peux témoigner en écrivant à tanpmp@gmail.com, et sur lequel tu trouveras d’autres témoignages qui peuvent aussi t’aiderSur le blog Philomèle, il y a une liste de psy (majoritairement parisienne) formé⋅e⋅s au psychotrauma.

Tu n’es pas bizarre et tu n’es pas fautive, et je pense que t’adresser à un ou plusieurs des contacts que je t’ai donnés ci-dessus pourrait vraiment t’aider à te sentir mieux, dans ton corps, ta tête et même ta relation aux autres.

En attendant de te sentir mieux, je ne suis pas sûre que cela soit forcément une bonne idée de te tourner vers le BDSM. Non pas que cela soit un milieu ou des pratiques « mauvaises » ou condamnables, mais je pense qu’y entrer quand on se sent très vulnérable et fragile, ce n’est sans doute pas idéal. Beaucoup de personnes qui fréquentent ce milieu ou ont ce style de pratiques sont tout à fait formidables et respectueuses (du consentement éclairé) de leurs partenaires. Mais malheureusement, il y a aussi des personnes beaucoup moins sympathiques, notamment des hommes plus âgés, qui ont le don de repérer les personnes sur qui elles pourront avoir une emprise émotionnelle et physique (plutôt des femmes, plutôt jeunes, et plutôt novices dans ces milieux/pratiques).

Si les expériences BDSM t’attirent vraiment beaucoup, je te conseille vraiment de ne pas te lancer seule mais plutôt de te faire accompagner par des personnes plus expérimentées (plutôt femmes) que tu connais bien et en qui tu as confiance. Elles pourront t’aider à rencontrer des gens intéressants et respectueux avec qui tu pourras découvrir si ce sont effectivement des pratiques qui te plaisent.

Je voudrais terminer en te disant que tu n’es pas seule. Malheureusement, de très (trop) nombreuses femmes ont vécu des choses similaires, mais elles ont survécu, et on peut aller mieux, ça je te le promets.

Je t’embrasse et t’envoie plein de force et de courage encore <3

Cette réponse existe grâce au soutien de _SasaT_ sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés