[TW] Avec mon ex, je lui ai clairement dit d’arrêter, je l’ai entendu me dire « chut ». Est ce un viol ?

Bonjour,
Je suis restée des années avec un mec. Puis quand on s’est séparés, on s’est revenu à plusieurs reprises.. Une fois il est venu me rendre visite et alors que nous étions en train de faire l’amour (j’ai accepté qu’il m’attache) il m’a pénétré assez violemment avec un sex toy dans les fesses.
Je lui ai clairement dit d’arrêter, lui maintient ne pas m’avoir entendu, moi je l’ai entendu me dire « chutt »…
J’ai commencé à pleurer, et il m’a pénétré devant avec son sexe. Sur le ventre,, attaché et lui sur moi j’ai rien pu faire, à part pleurer dans l’oreiller..
Il a mis du temps à s’en rendre compte et il s’est arrêté. Il m’a demandé pardon et m’a prise dans ses bras en me disant qu’il ne voulait pas me faire mal..
Est ce un viol ?
Lui dit que non, que j’exagère parce qu’il n’a jamais voulu me faire mal.. Et me dit que je n’ai qu’à porter plainte contre lui si c’est un viol, chose que je ne souhaite absolument pas faire.
ça fait 8 mois, et je n’arrive pas à passer à autre chose..

Bonjour,

Alors pour commencer je tiens à t’exprimer tout mon soutien par rapport à ce qui t’est arrivé. C’est extrêmement traumatisant de voir son consentement ainsi piétiné, qui plus est par quelqu’un en qui on a(vait) confiance, comme cela semble être le cas avec ton ex.

Je n’étais pas présente au moment des faits mais d’après la description que tu fais des événements, il semble en effet que tu aies été victime de viol. Tu dis en effet avoir « clairement dit d’arrêter » et entendu ce garçon dire « chut », comme s’il ne voulait pas entendre ton « non » ou ton « stop ». Il n’a donc pas respecté ce que tu exprimais et t’a pénétrée sans ton consentement. Cela se confirme avec la suite de ton récit puisque tu dis qu’il a continué alors que tu pleurais et étais immobilisée.

Juridiquement, toute pénétration (que ce soit avec un pénis, un objet ou des doigts et au niveau de la bouche, du vagin ou de l’anus) effectuée sans le consentement de la personne est considérée comme un viol.

Il est de surcroît particulièrement infect de sa part de te dire que tu exagères et que ‘tu n’as qu’à porter plainte », sachant que même si tu voulais le faire, les viols et agressions sexuelles sont encore très mal traités en France, et l’accueil des victimes laisse largement à désirer autant dans les commissariats que parfois dans les tribunaux. Personne ne peux te forcer à porter plainte. En revanche, il est très important que tu trouves un.e professionnel.le avec qui parler de ce qui t’es arrivé, et qui pourra t’aider à vivre avec cela.

Tu peux notamment contacter le numéro vert pour mettre fin aux violences faites au femmes mis en place par le gouvernement au 3919 ou le collectif féministe contre le viol au 0 800 05 95 95. Tu y trouveras des écoutant.e.s formé.e.s pour accueillir et orienter les victimes de viol, à qui tu pourras exposer ce qui t’est arrivé, tes ressentis, et éventuellement tes craintes et ton malaise.

[Edit] Il existe aussi ce site, pour lequel tu peux témoigner en écrivant à tanpmp@gmail.com, et sur lequel tu trouveras d’autres témoignages qui peuvent aussi t’aider.

Quoi qu’il en soit ce que moi je peux te dire, et ça peut sembler cliché mais c’est important que tu le lises et l’entendes : ce qui s’est passé n’est PAS DE TA FAUTE, d’aucune manière que ce soit. Il n’y a malheureusement rien que tu aurais pu ou du faire pour éviter cela, et la responsabilité repose sur les seules épaules de ce garçon.

Etre respectueux/se du consentement c’est écouter à chaque étape et pour chaque pratique son/sa partenaire. Le fait que tu aies accepté d’être attachée ne lui donnait pas le droit de faire tout ce qu’il voulait par la suite. On a le droit de changer d’avis ou de dire non ou de dire stop à n’importe quel moment et notre partenaire a le devoir d’en tenir compte.

Je t’embrasse et t’envoie tout mon courage pour tes démarches.

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés