Est-ce qu’être en relation libre permet d’éviter la jalousie ou même la routine dans un couple?

Bonjour,
Je me demande si aujourd’hui, être en relation libre ne permet pas d’éviter la jalousie ou même la routine dans un couple. On sait que la personne qu’on aime peut aller voir ailleurs (et nous aussi), donc on ne vit pas dans la peur puisqu’on sait que l’autre le fera mais il ne cessera pas de nous aimer. Qu’en penses-tu ?

Bonjour!

Je serais bien tentée de te dire « mais grave, qu’est-ce qu’on est con.ne.s à se prendre la tête, alors qu’on serait si bien à tous baiser dans des prés de pâquerettes« . Et je le pense.

 giphy-5Solitude du lama polyamoureux et pansexuel des espèces ruminantes. Allégorie.

Mais la réalité exige quelques nuances par rapport à ce premier élan, il me semble.

D’abord sur l’expression de « relation libre » : perso je préfère le terme de « non exclusive », qui évite de laisser penser, en creux, que les autres types de relation ne sont pas « libres », ce qui peut être perçu comme méprisant, excluant ou aliénant par les personnes ayant choisi une relation monogame/exclusive.

Ensuite : est-ce que le fait d’être dans/de construire une relation non exclusive « permet d’éviter la jalousie ou même la routine dans un couple »? Je crois que ce n’est pas si simple. OUI cela implique forcément une plus grande/meilleure communication et écoute, de soi et de l’autre/des autres, car pour que cela fonctionne, il faut essayer de ne pas (se) mentir sur ce que l’on veut, ce que l’on attend, ce que l’on se sent en mesure de faire et accepter ou pas. Donc on va forcément être amené.e à réfléchir sur plein de choses allant de la confiance en soi à son rapport à l’autre, à son propre corps, au sentiment amoureux, à la vie à deux (ou plus), etc etc. Donc OUI ça peut éventuellement aider sur les questions de la jalousie et/ou de l’ennui au sein du couple, qui ne sont jamais que deux manifestations de soucis de communication.

giphy-6

That look…

Mais, concernant la jalousie, il est illusoire de penser que le seul fait d’être dans/de construire une relation non exclusive peut être la solution miracle. Parce qu’au fond, la jalousie est souvent avant tout une question de confiance en soi : on a peur que l’autre trouve « mieux » ailleurs et cesse de nous aimer/de nous désirer. Sauf que « mieux » ça n’existe pas, tout ce qui existe, ce sont des personnes différentes, dont l’existence ne menace aucunement la nôtre. Mais, même en sachant cela, même en ayant travaillé à déconstruire la norme qu’on nous vend depuis le berceau. Pour certain.e.s cela vient plus facilement que pour d’autres, et on peut même se retrouver à culpabiliser de ressentir de la jalousie parce qu’on est dans une relation non exclusive et que ce n’est pas un sentiment très glorieux ou agréable… Donc tu vois, on est loin de la solution miracle, même si je crois vraiment que s’interroger sur la norme (hétéro, sexiste, monogame, etc etc) peut en effet aider à travailler sur plein de choses dans son rapport à soi et aux autres, et notamment la jalousie.

(Si la question t’intéresse, ce site est vraiment top top top – et en plus il est beau)

giphy-7

Même Sailor Moon galère avec son trouple, t’as vu?

Pour ce qui est de « la routine », c’est assez compliqué de savoir si une relation non exclusive peut y remédier, car c’est un peu un mot fourre-tout qui peut décrire de nombreuses choses selon les gens, de la baisse du désir à une forme d’éloignement, un manque de communication, une sorte d’ennui, un agacement répété vis à vis de manies de l’autre… Autant de choses qui peuvent survenir quel que soit le type de relation qui unit deux (ou plus) personnes, je crois.

Au risque d’être vraiment répétitive et un peu hippie, la seule chose qui fonctionne, c’est la communication. Se parler vraiment, avec bienveillance, ne pas laisser des sujets compliqués ou douloureux moisir dans un coin, et pourquoi pas utiliser ce modèle de communication non-violente dit « OSBD », qui demande de ne pas céder à la tentation de la facilité, qui serait de porter des accusations et de partir au contraire de SES observations et sentiments pour arriver à formuler tes besoins et demandes. Par exemple cela peut donner:

Observation : J’observe que (truc factuel, objectif)
Sentiment : JE me sens (ton sentiment – tristesse, colère, peur, etc)
Besoin: Pour me sentir épanoui.e, j’aimerais (ce dont tu as besoin/envie)
Demande: Peux-tu (-ne pas- dire/faire tel truc à l’avenir)?

Voilà la fin d’une trèèèèèèès longue réponse, sans doute plus que tu ne demandais, désolée ^^

Alors que j’aurais pu m’arrêter à « baisons touTEs dans les prés » :)

Bisous

 

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés

2 commentaires

  1. Pingback: Sexualité | Pearltrees

  2. Pingback: En quête non exclusive | Pearltrees