Habitué des ruptures de frein, je me tâte pour régler le problème par une intervention. Y’a t-il des complications possibles ?

Bonjour!

Tout d’abord merci pour ce site. J’apprécie vraiment venir y lire tes réponses même quand je suis suis pas vraiment concerne c’est toujours très instructif !

J’en viens à ma question . Je suis un homme cis de 23 ans et j’ai connu lors de ma vie sexuelle pas mal de soucis de rupture de frein … Jamais de grosses impliquant une hospitalisation mais toujours relativement gênantes ( genre hey bonjour j’ai mis du sang partout).

Auparavant j’étais en couple et ma copine et moi on voulait pas se priver de parties de jambes en l’air pour un problème en sois relativement peu gênant. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et je me tâte pour en profiter de cette période d’inactivité sexuelle pour consulter voire même régler le problème par une intervention.

Seulement voilà, ça fait un peu peur quand même ^^. Y’a t-il des complications possibles ? Saurais tu comment ça se passe au juste ? Ça serait pas plus simple de tout simplement se faire circoncire ?

Merci pour ton aide en tout cas ! And keep up the good work !

Bonjour!

(merci merci merci pour ce gentil mot <3)

(Tu peux sauter direct à l’edit en bas si tu veux, c’est le plus intéressant)

Alors très clairement je pense que c’est une question dont tu devrais discuter avec un⋅e urologue qui pourra te présenter toutes les solutions qui s’offrent à toi, des avantages aux risques.

N’étant pas médecin je me garderai bien de me lancer dans des suppositions quant aux possibles complications d’une intervention chirurgicale spécifique destinée à régler ton souci de rupture de frein chronique (si tant est que cela existe?).

giphy-1

Pour ce qui est de la circoncision je ne sais pas du tout quel rôle elle peut jouer pour éventuellement solutionner ton souci, honnêtement, donc une fois de plus je te conseille d’en discuter avec un⋅e urologue qui pourra déjà te dire si une intervention est nécessaire ou souhaitable (parce qu’en soi, même si la présence de sang te paraît « gênante », si elle ne s’assortit pas de douleurs, il est possible que le mieux reste encore de ne rien faire?). Tu pourras donc savoir s’il faut faire quelque chose, et si oui, quelles sont tes options en tenant compte des risques en termes de santé au sens strict ou en termes d’impact sur la sexualité (certaines personnes circoncises constatent une baisse de la sensibilité, parfois importante).

Bref cette réponse ressemble vachement à un « j’en sais foutre rien » parce que c’est le cas :)

Mais je te fais des câlins de frein pour ce que ça vaut!

Bise!

[Edit] Le hasard faisant bien les choses, à la lecture d ema réponse un ami m’a contactée pour apporter son témoignage de sa récente plastie du frein:

« Déjà, faut savoir que la plupart des urologues préfèrent circoncire en disant que ça règle tous les problèmes. C’est un peu de l’abus, sachant que pour un frein trop court, une plastie suffit. Mais comme la circoncision coûte plus cher… Donc bien se renseigner avant sur ce qu’on veut, ne pas hésiter à tenir tête au docteur ou à en voir un autre. J’en ai vu deux/trois, avant d’en découvrir un merveilleux dans un hopital de banlieue. Instant « heureux de payer mes impots en france » la consult plus l’opération m’aura couter en tout 14euros \o/

L’opération se passe en anesthésie locale. C’est le meilleur. On te passe une crème que tu dois appliquer sur la zone, chez toi. Pour pas que la crème se barre, tu dois enrubanner tout ça avec du film alimentaire. Ce fût pour moi « l’instant thug » ultime, en marchant sur le quai du RER A à Nation avec ma bite comme un saucisson. Tu te sens swag, et tout ceux dont tu croises le regards, tu les baises.pug-life-funny-pictures

Avant de faire l’opération, le doc a vérifié que j’étais bien anesthésié, comme je ne tiens pas les anesthésies, j’ai eu le droit à une piqure dans le gland (dit comme ça, c’est horrible, en vrai, tu fermes les yeux et tu penses à l’Angleterre) Comme la nature est bien faite (ou alors dieu est un sadique) il y a une veine qui passe dans le frein, on fait donc un point de suture au dessus, un point de suture au dessous et pouf, il coupe. Ça dure une dizaine de minutes max. Ensuite, tu as le droit à une jolie poupée sur la bite. En gros, faut pas recaloter, donc on te décalote et on te fout une grosse compresse autour du zgeg (en te laissant la place pour pisser quand même, c’est pas des chiens). Y parait que le pansement ne tient pas, le mien à bien tenu 24h.

Le seul vrai problème fut au moment de le changer pour la première fois. J’ai foutu des flaques de sang partout, le sang avait un peu séché sur la compresse donc j’ai douillé pour l’enlever. Mais ce fût la seule fois. Après, ça n’a plus saigné. Ce qui est un peu traumatisant, c’est l’association pendant deux semaines dans ton esprit « erection = douleurs » le truc le moins naturel, un cauchemar. Tu te fais réveiler la nuit par tes érections nocturnes.

Bien sûr, tu ne peux pas baiser pendant trois semaines environ, mais ça. Encore. ÇA VA. Non le truc, c’est que tu peux pas te branler, du tout, pas bander, ni rien. Et forcément la moindre pensée cochonne t’emoustille. Prendre le métro devient un enfer, tu flash sur la terre entière. Le vrai truc cool, c’est la première branlette et surtout, la première pipe. Une fois la convalescence passée, le seul problème qui peut apparaitre, c’est que la cicatrice peut être un peu rigide, un peu douloureuse, mais avec une crème prescrite par l’urologue, ça se règle très vite.

Je ne regrette pas du tout cette opération, depuis je peux enfin baiser à prépuce rabattu sans aucun soucis ni aucune douleur. »
Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés