Hpv (Papillomavirus) positif que faire?

Bonjour,

Malheureusement il n’y a rien à faire pour éliminer le HPV, plus connu sous son petit nom de Papillomavirus. C’est la première bonne nouvelle. / Ajout de @KnackieSF, qui précise que l’on peut aussi consulter sa sage-femme pour ce sujet : « on s’en fiche d’éliminer le HPV, ce sont certains types de lésions qui sont ennuyeuses selon une classification. » [Quant au traitement ou aux précautions à prendre] « Ça peut aller de surveillance, laser, conisation. Détecter la présence du virus seul n’a aucun intérêt. »

La seconde bonne nouvelle (ou pas) c’est qu’à part le vaccin (le fameux – et controversé – Gardasil, sur lequel tu as plus d’informations ici et dont on ne connaît pas encore le degré d’efficacité) il n’y a pour ainsi dire rien à faire pour se protéger, puisque le HPV a la sympathique particularité d’être TRES contagieux, et transmissible même lorsque l’on porte un préservatif. YOUPI la vie.

Troisième bonne nouvelle (ajoutée avec la suggestion de l’ami @andreo_ch) : les lésions à HPV sont à surveiller d’encore plus près si on est immunodéprimé (par exemple séropositif mais pas que) et peuvent faciliter la transmission d’autres IST.

yay

Bon, la vraie bonne nouvelle c’est que dans l’immense majorité des cas (90%), le HPV disparait tout seul, et il n’y a pas de lésion ni de complication. Chez les personnes à pénis de toute façon, le pire du pire qui puisse arriver, c’est des verrues sur la bite et accessoirement de transmettre le virus. Bon j’avoue les verrues sur la bite c’est quand même un peu relou (enfin j’imagine) MAIS pas très grave en définitive, si ce n’est que les lésionspauvent nécessiter un traitement au laser (je te laisse imaginer laser + pénis = ouch).

giphy-2

Pour les personnes nées avec un vagin en revanche, un diagnostic de HPV ça veut dire un suivi gynéco (ou sage femme cf note plus haut) minutieux en particulier dans les 18 mois qui suivent la détection car il y a deux risque majeurs en cas de persistance du virus : le développement de lésion (pré)cancéreuses au niveau du col de l’utérus (d’où l’importance d’une surveillance pour pouvoir les détruire avant que ça ne s’aggrave ou ne se répande) et éventuellement des soucis en cas de grossesse. La surveillance permettra, s’il y a lieu, de détruire, au laser aussi, pas de jaloux, les cellules (pré)cancéreuses.

Voilà voilà pour les réjouissances, je ne sais pas si ça répond à ta question? De toute façon, quoi qu’il arrive, le mieux est évidemment de consulter un.e médecin pour savoir ce que tu peux faire pour ton suivi et/ou traitement par rapport au virus.

Bon courage et bise!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés