Je fais une dyspareunie profonde à cause d’un utérus rétroversé, des conseils?

Le diag du gynéco est tombé, je fais une dyspareunie profonde à cause d’un utérus rétroversé. La pénétration a toujours été une souffrance malgré mon excitation. Mon gynéco me dit « d’essayer d’autres positions » mais je ne sais pas comment appréhender ce nouveau monde de possibles, aurais-tu des conseils ? (un coeur sur ton travail fantastique)

Bonjour,

Alors d’abord, si ton gynéco te convient, que tu te sens à l’aise avec lui, je pense qu’il est important que tu continues à le voir, ce n’est pas le genre de truc qui se règle en deux semaines, et un suivi médical bienveillant et safe est important. D’ailleurs si tu ne te sens pas à l’aise avec lui, peut-être peux-tu essayer de trouver un⋅e soignant⋅e (autre gynéco, sage femme, sexothérapeuthe, sexologue, etc) avec qui tu te sens à l’aise pour discuter autant de la partie strictement médicale et physique que de la partie sexuelle au sens plus large. Tu en as une liste ici, si jamais ça t’intéresse.

Parce que franchement, un trucs qu’aurait pu/du te dire ton gynéco quand tu es allée le voir en lui parlant de ta souffrance lors de la pénétration, c’est que la pénétration n’est en aucun cas obligatoire! Je veux dire : si tu en as envie, effectivement, ça peut valoir le coup de tenter d’autres façons de la pratiquer. Mais si tu n’en as pas envie, c’est complètement ok d’avoir une sexualité qui n’inclut pas la pénétration vaginale! Vraiment.

Ce n’est souvent pas facile à envisager en effet parce qu’on ne nous apprend/montre généralement qu’un type de sexualité, hétérosexuelle, entre personnes cisgenres, et centrée sur les envies de l’homme, qui aurait supposément une sexualité plus pulsionnelle, des « besoins », là où la femme ne ferait jamais que « céder » ou se plier aux désirs de son partenaire. Le rapport sexuel tel qu’on nous l’enseigne (de manière plus ou moins tacite), s’articule autour de la pénétration du pénis d’un homme dans le vagin d’une femme (éventuellement dans l’anus d’une femme). Tout le reste (caresses, masturbation – mutuelle-, pénétration avec les doigts, fellation, anulingus) étant relégué au rang de « préliminaires », comme si ce n’était pas « vraiment » de l’ordre du rapport sexuel. Alors qu’on peut tout à fait faire rentrer n’importe quelle pratique donnant du plaisir sensuel/sexuel voire un/des orgasme⋅s dans ce qu’on nomme rapport sexuel. Et ce qui signalerait la fin du rapport, toujours dans cette conception majoritaire, c’est l’éjaculation de l’homme (qui est le plus souvent – à tort- considérée comme l’équivalent de l’orgasme – en réalité, quels que soient le sexe ou le genre de la personne, l’orgasme et l’éjaculation ne sont pas forcément liés, on peut jouir sans éjaculer et éjaculer sans orgasme-).

Tout ce qui sort de ce schéma est donc plus compliqué à envisager car très peu expliqué/montré/enseigné.

Donc voilà, c’est important de te rappeler que ce n’est pas obligatoire. Après, dans ton cas, les positions douloureuses sont sans doute celles où la pénétration est très profonde comme je le disais à cette autre personne qui avait également un utérus rétroversé. Au final, le mieux c’est encore de tester toi-même ce qui te plaît ou pas en discutant éventuellement en amont avec ton/ta partenaire pour qu’ielle fasse super attention, et soit super à l’écoute de tes réactions (si tu dis stop ça doit s’arrêter de suite).

Je ne sais pas si j’ai pu t’aider mais je l’espère.

Bisous et un coeur sur toi <3

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés