Je ne ressens plus rien à l intérieur et je n’arrive plus à me procurer du plaisir seule, comment retrouver ma libido?

bonjour,
apres des annees heureuses avec mon partenaire, je ne ressens plus rien à l intérieur (sans pour autant avoir de secheresse vaginale) et je n arrive plus non plus à me procurer du plaisir seule en me masturbant. comment retrouver le mental ou le physique pour ressentir à nouveau quelque chose? (je n ai pas eu de boulversement dans mon mode de vie) A qui m adresser pour retrouver ma libido?
merci

Bonjour,

Tout d’abord, je ne suis pas sûre de comprendre s’il s’agit d’une absence/baisse du désir (libido, c’est à dire envie de faire des trucs sexuels seul⋅e ou à plusieurs) ou plutôt d’une absence/baisse du plaisir (sensations pendant les trucs sexuels susmentionnés) ou les deux.

Vu la formulation de ta question (les expressions »je ne ressens plus rien », « je n’arrive pas à me procurer du plaisir », « ressentir à nouveau quelque chose), on dirait que c’est plutôt une absence/baisse du plaisir, qui peut cependant assez logiquement provoquer une baisse du désir aussi, puisque ces deux choses sont liées. Si on ne ressent pas de plaisir en se masturbant, il est possible qu’on aie moins envie de le faire, et à l’inverse, si on se sent moins excité⋅e par son/sa partenaire, on peut avoir plus de mal à prendre son pied. Désir et plaisir sont différents mais souvent liés.

Partant de là il y a plusieurs trucs. Je pense qu’il est important de se rappeler que la diminution/absence de désir n’est pas forcément grave ni problématique EN SOI. Il en va de même pour la diminution/absence de plaisir. Ces deux situations, séparées ou associées, peuvent être bien vécues et ne pas poser de problème à la personne concernée pour peu qu’elle s’écoute et se fasse confiance et ne se force pas à faire des trucs dont elle n’a pas envie et où son/sa partenaire respecte ça.

giphy

On peut s’aimer et se câliner même sans faire de sexe

Cela dit, d’après la façon dont tu formules ta question, je déduis que tu n’es pas tout à fait satisfaite de cette situation qui concerne non seulement les rapports sexuels avec ton partenaire mais aussi la masturbation.

Tu me précises n’avoir pas vécu de bouleversement important dans ta vie, et c’est tout à fait pertinent, car de grands changements sur le plan physique et/ou psychologique (grossesse, deuil, agression, blessure, maladie, etc…) peuvent largement influencer notre désir comme notre capacité à avoir du plaisir. Cependant, il n’y a pas besoin d’un cataclysme pour venir troubler notre vie sexuelle qui est quand même une petite chose fragile sur laquelle peuvent influer plein de facteurs : stress et/ou préoccupations (au boulot, au sein du couple, de la famille, faisant suite à une engueulade avec un⋅e ami⋅e…) changement hormonal et/ou de contraception, prise ou arrêt de certains médicaments, tristesse passagère, manque de sommeil, consommation importante de tabac, d’alcool ou d’autres substances, routine (là encore, dans le couple, dans la vie en général…), estime de soi… En gros, tout ce qui joue sur ton bien être de manière générale peut avoir un impact sur ta vie sexuelle, aussi bien en termes de désir que de plaisir.

En gros tu as plus de chance d’avoir envie de sexe et/ou de prendre ton pied si tu te sens comme ça…

giphy54657257

Que si tu te sens comme ça…

giphye'vy(y

Au final, prendre soin de son désir et de son plaisir ça passe d’abord par le fait de prendre soin de soi, de prendre le temps de se regarder, s’examiner, se demander ce qui va bien dans sa vie en général, ce qui va moins bien, aussi, ce qui nous embête, nous trotte dans la tête, même si ce sont des choses « petites » ou dont on a l’impression qu’elle ne sont pas très importantes. Un petit bilan qui permet aussi de commencer à réfléchir à ce que l’on peut faire, seul⋅e ou à plusieurs (couple, famille, ami⋅e⋅s, collègues, et éventuellement aide extérieure autre – médecin, psy, sexologue…) pour que les choses qui vont bof fonctionnent mieux.

Autre point, ou plutôt développement d’un des points que j’ai évoqué rapidement plus haut : quand on est en couple depuis longtemps et de manière exclusive (je suppose que c’est votre cas car en général quand on ne me précise pas, c’est ça) , il peut y avoir des schémas relationnels qui s’installent, un peu par habitude, un peu par inattention, et qui peuvent vous suivre jusque dans la vie sexuelle. Genre « on fait toujours la même chose, les mêmes gestes, dans le même ordre, parce qu’on sait que comme ça on va prendre du plaisir, sans trop se creuser la tête, sans se fatiguer ». Et ça peut se comprendre, parce que quand on s’est fait une journée de boulot + occupé⋅e des enfants + occupé⋅e de soi accessoirement (genre pour se nourrir déjà ^^ ), ben on a pas nécessairement envie d’investiguer comment se pratique la brouette thaïlandaise ou le tabouret tchécoslovaque (je viens de les googler, apparemment la première existe et elle fait super peur, ne faites pas ça chez vous sauf si vous êtes acrobates). BREF.

e-670fc3f1d9a5c36afe0ef8d8a476d4f0

Extrait d’une série de très jolis GIFs par Malika Favre

Ça peut aussi être qu’on fait un peu moins attention à l’autre et à soi, qu’on prend moins le temps de se détendre, de se chauffer, de s’exciter, en se faisant des bisous, des caresses, des massages, tout ces trucs qui font que la mayonnaise prend, que la température grimpe, et qu’on peut éventuellement avoir bien envie d’une partie de jambes en l’air et y prendre beaucoup de plaisir.

Pour y remédier, on peut déjà essayer de changer ses habitudes : différents supports (si tu en utilises) pour la masturbation, ou différentes techniques, contraintes créatives (justement faire l’impasse sur la position ou pratique la plus habituelle, par exemple, ou se dire qu’on n’a pas le droit d’utiliser la main droite, ou alors pas de pénétration avec le pénis…). On peut prendre le temps de s’occuper du reste du corps qui est tout entier et à différents degrés selon les personnes une zone érogène, en mordillant les lobes, en (se) léchant ou pinçant les tétons, en (se) caressant les fesses, etc etc… Ça ne veut évidemment pas dire que vous DEVEZ vous interdire quoi que ce soit, hein, ce qui « fonctionne » ou est « efficace », ben c’est très bien, mais parfois c’est chouette de changer, voilà tout, et puis ça peut aider à se retrouver ;)

Alors voilà, en un mot comme en cent, pour retrouver ta libido, ton premier atout c’est toi, ta capacité à t’écouter, à te faire du bien, à demander de l’aide si tu sens que tu n’y arrives pas toute seule, à parler de ce que tu vis et ressens à ton partenaire.

J’espère que cela pourra t’aider,

Je t’embrasse

Cette réponse existe grâce au soutien de @theFILF  sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés