Mon copain ne peut soit-disant pas procéder à une pénétration avec un préservatif, que faire?

Mon copain ne peux soit-disant pas proceder à une pénétration avec un préservatif. Comment est-ce possible et comment faire? Merci

Bonjour

Si j’étais taquine, à ton « comment faire? » je répondrais « changer de copain ». Si j’étais pragmatique je dirais « changer de préservatifs ».

Mais je vais essayer de te donner un peu plus d’infos parce qu’on n’est pas là pour se tricoter les poils pubiens (et je ne dis pas ça pour me moquer des pubopilotricoteureuses, qui, s’ielles existent, sont des gen⋅te⋅s charmant⋅e⋅s pour ce que j’en sais).

Un mec cisgenre qui ne PEUT PAS « procéder à une pénétration avec un préservatif », est-ce possible? NON. Un mec cisgenre qui a des difficultés à conserver une érection quand il enfile un préservatif, et donc à pénétrer avec son pénis, ça oui, c’est possible. Mais ça ne veut pas dire que la pénétration lui est IMPOSSIBLE, déjà parce que la pénétration, ça ne se fait pas forcément avec un pénis, on a des doigts, des mains même, la langue aussi, et puis il y a les sextoys, pardi! D’ailleurs, même quand aucune pénétration n’est possible (en cas de vaginisme d’un⋅e des partenaires, ou tout simplement parce qu’ielle n’a pas du tout envie d’être pénétré⋅e) ça ne veut pas dire qu’aucune sexualité n’est possible. Comme je le rappelais juste avant nous sommes des êtres entièr⋅e⋅s, et un rapport n’a pas besoin de se passer uniquement entre les organes génitaux. Pour se donner du plaisir, on peut s’embrasser, se toucher, se caresser, se lécher, se frôler, se chatouiller, se mordiller, se pincer… et ça partout sur le corps! En restant attentif⋅ve aux réactions de l’autre, on peut assez facilement voir ce qui lui plait, et dans le doute on peut toujours demander!

Exemple de tête qui montre que tu as trouvé un bon spot et la façon adéquate de le stimuler :)

Après, si c’est important pour vous deux que ton copain puisse te pénétrer, et que tu veux utiliser un préservatif (que ce soit pour éviter la transmission d’IST – infections sexuellement transmissibles- et/ou une grossesse non prévue), vous pouvez essayer d’autres types de capotes! Par exemple si vous avez tenté les préservatifs externes (souvent appelés « masculins ») classiques, qui sont standards et extensibles pour toutes les tailles de pénis (mais peuvent être un peu serrées, d’où la difficulté à garder une érection), pourquoi ne pas expérimenter avec des tailles XL, légèrement plus larges et donc plus confortables? Sinon, vous pouvez aussi vous tourner vers les préservatifs internes, qui pour le coup sont BEAUCOUP plus larges (genre si tu rentres pas là dedans euh ben ça fait peur, déso). Le principe c’est qu’ils s’adaptent aux parois de l’anus ou du vagin (en fonction de ce qu’on veut pénétrer) au lieu d’enfermer le pénis, donc au niveau des sensations, des frottements, c’est tout à fait différent. D’ailleurs ils sont aussi plus solides et mieux lubrifiés, donc c’est vraiment une alternative intéressante à explorer.

J’ai piqué l’image à la fabuleuse Erika Moen, qui explique super bien (mais en anglais) dans cette BD comment ça marche un préservatif interne. Sinon tu as des cools explications en français ici!

Enfin, si vous avez TOUS LES DEUX (je mets en majuscule, parce que c’est un choix qui se discute et se prend à ensemble, pas quand une des deux personnes l’exige ou invente des faux prétextes…) décidé d’arrêter d’utiliser des préservatifs, plusieurs questions peuvent se poser. Si tu as un vagin et un utérus, ça peut être le moment de vous demander quel autre moyen contraception vous pouvez utiliser. Et puis, quels que soient vos sexes/genres, si vous ne vous protégez plus avec des capotes, ça peut être le moment d’aller faire un dépistage du VIH et des autres IST (pourquoi pas ensemble). Enfin, last but not least, ça veut aussi dire discuter honnêtement et concrètement de ce que ça veut dire pour chacun⋅e de vous d’arrêter les préservatifs : exclusivité sexuelle? et si non, quelles pratiques pouvez-vous avoir avec d’autres et à quelles conditions? Ca n’a pas l’air fun comme conversation, mais ça vaut toujours mieux que « chéri⋅e, devine ce que je t’ai ramené pour la Saint Valentin? » « Une chlamydia, oh fallait pas! »

Non, vraiment. Il fallait pas.

Voilà voilà j’espère que tu trouveras toutes les infos dont tu as besoin, et surtout n’oublie pas que si toi tu ne veux pas avoir de rapports sans préservatifs, ton copain ne peut pas t’y obliger!

Bisettes à paillettes

Cette réponse existe grâce au soutien de @JPguedas sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés