Est-il vrai qu’on ne peut pas attraper le VIH en faisant un cunilingus à quelqu’un.e?

Bonjour, je vais peut être poser une question totalement stupide, mais tant pis, j’ai lu (sur le site sida info service) qu’il était théoriquement impossible d’avoir le VIH en faisant un cuni à quelqu’un. je voulais savoir si c’était vrai. Et, si c’est vrai, je comprend pas vraiment dans ce cas pourquoi la personne qui possède possède un pénis peut attraper le VIH pendant un coït et pas pendant un cuni. Est ce que tu pourrais éclairer ma lanterne svp ? (Désolée si la question est chiante, c’est juste que ça m’intrigue en fait ^^)

Bonjour!

Pour commencer je te rassure : ta question n’est absolument pas stupide :)

Alors effectivement, il n’y a pour l’heure eu aucune transmission du VIH par cunnilingus. Les risques sont donc considérés comme quasi nuls pour cette pratique et pour ce virus. En revanche on peut parfaitement attraper (ou transmettre) un herpès, une syphilis ou une gonorrhée si on ne protège pas le cunnilingus avec un.e/des partenaires occasionel.le.s dont on ne connaît pas la santé sexuelle et/ou les autres partenaires.

Par ailleurs le cas de figure n’est pas le même pour la fellation, qui, lorsqu’elle n’est pas protégée, présente les mêmes risques en termes d’IST que le cunnilingus, le VIH en plus. En revanche, pour le VIH, c’est uniquement la personne qui pratique la fellation qui est à risque a priori, et pas la personne qui la reçoit.

giphy

Peite pause léchouille

Ensuite, pourquoi une pénétration pénis dans vagin est plus à risque en ce qui concerne la transmission du VIH notamment qu’un cunnilingus (et même qu’une fellation!)? Eh bien parce que la porte d’entrée n’est pas la même.

Je m’explique : pour qu’il y ait transmission du VIH, il faut qu’il y ait d’une part un liquide contaminant en provenance d’une personne (sperme, liquide pré-séminal, sécrétions vaginales, sang, sécrétions anales ou lait maternel) et chez l’autre personne une porte d’entrée qui sera soit une plaie soit une muqueuse (yeux, bouche, nez, fond de l’oreille, vagin et vulve, gland, anus).

Mais tous les liquides contaminants n’ont pas la même charge virale (nombre de copies du virus par millilitre de sang). Et toutes les muqueuses ne sont pas aussi fragiles ou perméables. La bouche, par exemple, et à moins d’avoir déjà une plaie dedans (que ce soit un aphte, une coupure qui peut même être causée par le brossage de dents récent, un chancre syphilitique ) est protégée par la salive qui agit comme une forme de barrière.

Lors d’une pénétration pénis dans vagin non protégée, il y a contact (relativement) prolongé entre des sécrétions (sperme, liquide pré-séminal et sécrétions vaginales) et des muqueuses très fragiles et perméables (le vagin et la vulve, et le gland). Le même raisonnement vaut pour la pénétration anale non protégée, et ces deux pratiques sont celles qui présentent la plus de risque pour ce qui est de la transmission du VIH.

Voilà, j’espère que c’est plus clair pour toi :)

Bise

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés