Que penser des théories selon lesquelles les homosexuel(le)s sont le résultat d’un déséquilibre hormonal ?

Bonjour,

Est-tu au courant des théories selon lesquelles les hormones commandent l’orientation sexuelle et qu’ainsi les homosexuel(le)s sont le résultat d’un déséquilibre hormonal ? Il me semblait pourtant que l’être humain est affranchi des hormones concernant l’attirance envers autrui. Qu’est-ce qu’il faut en penser ? Je suis un peu perdu.

Merci.

Bonjour,

Alors version courte et un peu brute de décoffrage : ces théories sont de la grosse merde homophobe/lesbophobe/biphobe en barre. Des débilités de ce type (comme m’en avait parlé cette personne, ou encore celle-ci) malheureusement on en lit très – TROP- souvent. Elles ont pour vocation de désigner l’homosexualité comme une anomalie, un problème voire carrément une maladie, et donc de désigner l’hétérosexualité comme seule façon « normale » ou acceptable de vivre ses relations amoureuses et/ou sexuelles.

bigots4

Version longue et un peu plus argumentée : aujourd’hui, personne ne sait expliquer avec certitude ce qui fait que certaines personnes sont attirées par les hommes, par les femmes, par les deux (voire par toutes les personnes quels que soient leurs expressions de genre). Est-ce une prédisposition génétique comme le prétendent certain⋅e⋅s? Ou pas répondent d’autres? Est-ce qu’il faudrait alors croire les théories psychanalytiques réac et homophobes qui expliquent l’homosexualité masculine par une trop grande proximité avec la mère/un manque de figure paternelle,  l’homosexualité féminine par une terrible jalousie du phallus ou les homosexualités de manière générale comme une sorte de narcissisme puéril? PUH-LEASE (non). Alors être gay, être lesbienne, être bi⋅e, aquis ou inné? Est-ce qu’on naît ainsi ou est-ce qu’on le devient? Pour le moment personne ne sait répondre, et en fait j’ai envie de dire : MAIS QU’EST-CE QU’ON S’EN FOUT, sérieusement? Qui veut savoir ça et pour en faire quoi?

tumblr_lub69zr4hw1r5pa3jo1_500NO SHE DOESN’T (and neither should you!) (en gros Nicki Minaj s’en fout et toi aussi tu devrais t’en foutre)

Il y a dans la démarche même de ces recherches, dans la question originelle, un parti pris complètement homophobe, naturalisant et essentialisant. Pourquoi on ne cherche pas l’explication de l’hétérosexualité? Eh bien tout simplement parce que, dans l’esprit de bien des gen⋅te⋅s, l’hétérosexualité c’est la norme, la « nature », même, eh ben oui, bien sûr, si la majorité des gen⋅te⋅s sont attirées par les personnes d’un autre genre c’est pour procréer!

11420553_we-have-scary-zika-news-you-may-want-to_t67a5eed0Oui, cette idée est *légèrement* flippante

Ah, on me souffle dans l’oreillette que la fellation, le cunnilingus ou la sodomie, même entre une femme et un homme cisgenres, n’a que peu de chances d’aboutir à une grossesse? Ah, on me suggère qu’il est même possible de faire appel à une contraception pour NE PAS ÊTRE ENCEINT⋅E (l’oeuvre du démon, sans aucun doute)? Ah, on me murmure que tout le monde n’est pas cisgenre et que même le mec le plus hétéro du monde ne pourra pas mettre enceinte une meuf trans (pour le moment en tout cas)? Ah on me dit aussi que si la sexualité hétéro devait être destinée à la seule reproduction/perpétuation de l’espère, elle consisterait uniquement en des pénétration pénis dans vagin en période de fertilité maximale, ça durerait quelques secondes le temps d’envoyer les spermatozoïdes à la rencontre de l’ovule et c’est marre. Ah tiens, ça ne ressemble pas (DU TOUT) à ce que l’on connaît de la richesse et de la diversité des sexualités hétéros? Ah. Alors cette idée de nature concernant la sexualité humaine serait complètement à côté de la plaque? Ben voilà, c’est à peu près ça, oui.

4584eacb5fae79bf2b653a9796320f64

Non, on n’est pas complètement « affranchi⋅e⋅s » de nos hormones, dans le sens où elles jouent un rôle important dans notre corps et parfois aussi dans nos comportements. Ce serait absurde de ne le nier, on n’est pas des êtres évanescent⋅e⋅s, détâché⋅e⋅s de toute existence physiologique. Mais ce serait tout aussi imbécile de penser que nous sommes les esclaves de cette enveloppe corporelle, condamné⋅e⋅s à une évolution biologique toute entière tournée vers la perpétuation de l’espèce à laquelle nous appartenons. C’est vrai pour l’orientation seuxelle comme c’est vrai pour le genre. Nos préférences, nos envies, nos caractères, nos identités, nos actions sont la somme d’une addition infiniment complexe, dans laquelle s’entassent pêle-mêle notre ADN, notre milieu social, notre culture, notre expérience de vie, nos rencontres, nos perceptions et sensations…  Je ne crois pas que qui que ce soit (neurologues, sociologues, psychiatres, etc etc) aujourd’hui puisse donner l’exact pourcentage d’importance, d’influence, de l’un de ces facteurs. Et en fait… Ben c’est ok :)

Voilà, j’espère avoir pu t’aider un peu dans tes réflexions,

Des bisous!

Cette réponse existe grâce au soutien de @swannitaa sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés