Comment faire comprendre subtilement à une femme qu’on est lesbienne et potentiellement attirée par elle?

Comment faire comprendre subtilement à une femme qu’on est lesbienne et potentiellement attirée par elle? L’idée est d’éviter de créer un malaise ou d’y aller trop franco… Merci!

Hello!

D’abord merci pour cette question toute mignonne qui m’a fait sourire je dois l’avouer :)

J’y vois en fait deux questions en une.

La première concerne plutôt le fait de faire son « coming-out », c’est à dire d’annoncer qu’on est lesbienne (ou gay, ou bi⋅e ou pansexuel⋅le ou asexuel⋅le, bref, tout sauf hétérosexuel⋅le). Dans l’état actuel de la société, l’hétérosexualité (qui va le plus souvent de pair avec l’hétéroromantisme) est l’orientation sexuelle (et du coup l’orientation romantique) majoritaire, et celle que l’on suppose « par défaut », ce qui fait que seules les personnes ne se définissant pas comme telles peuvent être amenées à « l’annoncer ». Un⋅e hétérosexuel⋅le va rarement vivre des scènes d’angoisse à l’idée de dire à ses parents qu’ielle est attiré⋅e par les personnes du sexe opposé ou de présenter l’élu⋅e de son coeur ou de son cul. Mais quand on est pas hétérosexuel⋅le (et/ou hétéroromantique), on se retrouve parfois dans des situations où la question se pose : Est-ce que je le dis à la personne? Comment je lui dis? Comment va-t-elle réagir? Suis-je prêt⋅e à encaisser cette réaction et/ou ses éventuelles conséquences?

giphy2785

Je crois qu’on n’a jamais l’obligation de dire à qui que ce soit comment on se définit d’un point de vue sexuel, et qu’on a tout à fait le droit d’estimer que ce serait trop dangereux, éprouvant, pénible (physiquement ou émotionnellement) et de repousser cette annonce voire de choisir de ne pas la faire. Le seul cas où cela peut blesser une autre personne de ne pas dire qu’on est pas hétérosexuel⋅le (et/ou hétéroromantique), c’est quand on est en relation avec une personne du même sexe et que, du coup, on cache cette relation ou même cette personne à ses ami⋅e⋅s, à sa famille, etc, ce qui peut être mal vécu par la personne.

[Edit] Par mail, Samie a ajouté « une petite remarque concernant le coming-out. […]on peut aussi choisir de ne pas le faire pour des raisons plus « politiques ». Parce qu’on estime qu’on n’a pas à le faire, tout comme il n’est pas nécessaire à quelqu’un quelqu’un d’hétéro de définir ouvertement ses attirances romantiques et sexuelles. A partir de là, il s’agit plus de choisir de ne pas le cacher que de l’annoncer. »
[…]Pour ce qui est de faire comprendre qu’on est lesbienne sans passer par un coming-out officiel, j’ai peut être quelques pistes.
– Par la manière de parler d’autres femmes (idéalement des personnes « inaccessibles » comme des actrices, chanteuses, etc..) de façon plus ou moins explicite: « Cette femme est très belle/séduisante/attirante.. ».
– En partageant des lectures, séries, films, mettant en avant des romances entre femmes. Ça peut aussi permettre de voir comment la personne y réagit, est-ce que ça la choque, l’intéresse?
– En parlant de lieux ou d’évènements lgbt-friendly. « Je suis allée (ou je pense aller) à la gaypride de telle ville » « J’ai entendu parler de tel festival de film lgbt, ça a l’air intéressant »
Après il y a aussi la méthode beaucoup moins subtile et faire mention d’une ex (si la personne a une expérience passée avec une femme).

Tu peux faire le choix d’en parler ou pas, d’en parler seulement à ses ami⋅e⋅s les plus proches ou seulement à sa famille, d’en parler à ses connaissances ou à ses partenaires ou pas…

Dans ton cas, il semblerait que tu sois tout à fait décidée à « faire comprendre subtilement » à une personne que 1: tu es lesbienne et 2: « potentiellement attirée par elle » pour reprendre tes termes.

giphy6+(Ne fais surtout pas ça chez toi)

Bon.

Si tu es une femme, je me demande dans quelle mesure il serait nécessaire que tu fasses comprendre à la personne que tu es lesbienne, parce qu’il me semble qu’au final le message que tu veux surtout lui faire passer c’est « hey coucou tu me plais » (message à partir duquel la personne pourra choisir de déduire ton orientation sexuelle – ou pas, puisqu’il n’y a pas que les femmes lesbiennes qui couchent avec des femmes).

Du coup, peut-être qu’on peut se concentrer sur « Comment faire comprendre subtilement à [une personne] qu’on est […] potentiellement attirée par elle?« 

Et là bon, je t’avoue que je ne suis peut-être pas la mieux placée pour répondre (notamment sur la subtilité qui n’est pas franchement mon atout principal), mais je vais quand même essayer de te donner des pistes…

giphyDéjà tu peux proscrire les clins d’oeil relous de ce genre (sorry Riri)

[Edit] Le premier truc à faire, peut-être, comme on me l’a soufflé par DM sur Twitter, c’est de tâter le terrain pour savoir si la personne qui t’attire a déjà eu des expériences avec des filles, si ça la tente, la travaille, etc… Parce que la situation n’est pas tout à fait la même selon que cette personne se définit plus ou moins ouvertement comme lesbienne/bie/ pansexuelle elle-même ou si elle se v(o)it comme complètement hétérosexuelle…

Si c’est une amie, avec qui tu aimerais que la relation change, je t’invite déjà à réfléchir à ce que tu ressens et à ce que tu désires. Votre amitié est-elle très forte, très importante à tes yeux et dans ta vie? Est-ce que tu penses qu’elle t’acceptera telle que tu te définis? Est-ce que tu penses que, si tes sentiments ne sont pas réciproques, votre amitié sera indemne si tu lui en parles? Si le sentiment d’attirance et/ou d’amour que tu as pour elle est plus fort (ou au moins autant) que l’amitié qui vous lie, le plus simple est sans doute de lui en parler, de lui dire qu’elle te plait, que tu as envie de l’embrasser, par exemple. Alors oui c’est super facile à dire/écrire mais vachement moins simple à faire. Je SAIS. Mais honnêtement ça reste le plus simple pour être sûre d’être comprise.

giphy63285

Si c’est juste une connaissance, avec qui tu n’as pas spécialement de relation établie ou alors peu installée, tu peux tout à fait lui en parler  (en essayant que ça se fasse dans un contexte propice, c’est à dire pas entre deux portes mais à un moment où vous êtes toutes les deux, dans un cadre intime et/ou invitant mais pas non plus étouffant – el but n’est pas qu’elle se sente coincée), mais aussi jouer sur les regards (soutenir son regard plus longtemps que d’habitude, ça peut en dire très long), les sourires, l’attitude corporelle générale (ATTENTION CA NE VEUT PAS DIRE LA TOUCHER SANS SON CONSENTEMENT, ça signifie plutôt te montrer attentive à elle, physiquement ouverte – non mais pas comme çaaaaaaa … bref).

[Edit]Sur Twitter toujours, @Dwam suggère « des offrandes de nourriture et plein de petites attentions c’est une recette prouvée et vérifiée », « la technique du massage, toujours sympa à proposer si la personne semble tendue », « ou plus subtil, Ya des manières de faire style j’ouvre le placard en étant dangereusement proche de la personne, les regards intenses soudain détournés, je me tripote les cheveux quand la personne parle, les échanges de confidences…. ? »,mais aussi « FAIRE DES TRESSES (pour les lesbiennes) hahhaha » ou encore « les petits messages sympas, les petits dessins, les post its, les ptits cadeaux personnifiés…. », « parler d’une actrice (qui si possible ressemble à la personne) qui nous plait à fond ? »…

giphy879+78Le tripotage intempestif ça fait PEUR

Pour éviter de créer un malaise, je pense que tu peux faire attention à ce qu’elle ne se sente pas coincée (que ce soit physiquement ou émotionnellement), en lui laissant des portes de sortie, par exemple en ne la bloquant pas dans un coin d’un bar ou d’une pièce, déjà, mais ça peut aussi être en lui disant « j’ai un truc à te dire, je ne veux pas que tu me répondes tout de suite, laisse moi terminer et après j’y vais et on en reparle si tu as envie » ou encore en précisant bien que ce n’est pas grave si ce n’est pas réciproque, qu’elle n’a aucune obligation vis à vis de toi, etc etc. Si c’est le cas, tu peux aussi terminer par lui dire que quoi qu’il arrive, votre amitié est trop importante à tes yeux pour être remise en question si elle n’est pas attirée par toi.

Voilà voilà, je ne suis pas sûre que ça t’aide beaucoup mais je croise les doigts pour toi!

Bisettes

Cette réponse existe grâce au soutien de Julie C. sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés