Femme libertine, j’ai l’impression que je me sentirais plus épanouie en faisant du sexe avec quelqu’un à qui je tiens

Salut, j’ai un souci assez embêtant… Je suis une femme cis, je suis libertine et n’ai pas envie de m’engager sur le plan sexuel. Récemment j’ai couché avec un bon ami, nous nous trouvions attirants sexuellement et sentimentalement, alors une relation de couple s’installe petit à petit entre nous. Le souci c’est que dés qu’il devient trop « doux », trop sentimental, et qu’il s’éloigne de son comportement habituel, ça me rebute… Et j’ai l’impression que c’est cruel de ma part de rejeter au fond de moi cet amour, c’est comme si je me détachais… Je ne sais pas quoi faire. Et puis, bizarrement, le manque de sexe avec une personne à qui je tiens et qui m’attire me rend triste… J’ai l’impression que je me sentirais plus épanouie avec ça, mais impossible de franchir le pas avec mon copain.

Salut salut!

Alors, il y a plusieurs point intéressants dans ta question, et notamment la progression entre le début de ton explication, où tu exprimes très clairement ce que tu veux ou ne veux pas (« je n’ai pas envie de m’engager sur le plan sexuel » – ce que j’ai compris comme « je n’ai pas envie d’exclusivité sexuelle« – « ça me rebute ») et la fin où tu utilises deux fois « j’ai l’impression » (« que c’est cruel de ma part de rejeter au fond de moi cet amour » puis « que je me sentirais plus épanouie avec ça »). Ca me laisse penser qu’au fond tu sais très bien ce que tu veux, mais que ces désirs/envies ne te semblent peut-être pas corrects ou convenables?

NON ce n’est pas « cruel » de ne pas apprécier tel ou tel type de rapports sexuels avec un⋅e partenaire. Et c’est d’autant plus compréhensible qu’il s’agit d’un changement d’attitude de ce⋅tte partenaire. En clair, ton « bon ami » et toi aviez des rapports plutôt sauvages si j’ai bien saisi, et le temps et les sentiments allant croissants, il a commencé à être de plus en plus « doux » et ça ne te convient pas. Et c’est entièrement ton droit, on ne maîtrise pas ce qui nous excite ou pas, ce qui nous fait frémir, vibrer, jouir.

200-2

Après, est-ce que « rejeter » ce type de rapport signifie nécessairement que tu ne veux pas de ses sentiments/ de son amour, je ne le crois pas. On peut être très amoureux de quelqu’un⋅e et faire du sexe hyper sauvage, comme on peut faire du sexe très doux avec une personne pour qui on n’a pas de sentiment amoureux mais de l’amitié, du respect et/ou de la tendresse.

La distinction courante entre « faire l’amour », qu’on associe à la sexualité du couple (la plupart du temps monogame) et au sentiment amoureux et « baiser », activité qui serait réservée à l’adultère ou aux plans cul, est complètement artificielle et découle, je crois, en partie, de la fameuse dichotomie entre la « maman » et la « putain ». C’est une vision vraiment triste qui laisse entendre qu’il y a des trucs qu’on ne fait pas avec son officiel⋅le (mari, femme, père ou mère de tes enfants, partenaire qu’on a présenté⋅e à sa famille, etc) parce que ces choses seraient « dégradantes » ou mauvaises (ça peut être la fellation, les rapports anaux, les plans à trois ou plus, le BDSM…).

200-3

Tu ferais ça avec ta meuf? OUI? Ah ben cool :)

Cette dichotomie représente très bien les injonctions contradictoires auxquelles les femmes en particulier sont tenues par la société. Impossible équilibre entre une sexualité « libérée » (ce qui signifie souvent être à disposition de son partenaire -libérée la sexualité, mais hétéro, faut pas déconner, hein- ou encore une sorte de dictature de l’orgasme et d ela performance au lit, avec, toujours, l »idée sous-jacente que si tu ne suces pas avec assez d’entrain, assez souvent, ou ne te prête pas à toutes les acrobaties désirées, faudra pas venir pleurer si ton mec te quitte, tu l’auras bien cherché) et une forme de respectabilité (car le respect ça se gagne, apparemment, et ça se mérite, pas en tant qu’être humain, non, il faut être coquine mais pas salope, libérée mais pas vulgaire, sexy mais responsable….).

Mais qui a décrété qu’on ne pouvait pas sodomiser avec amour? Que l’on ne pouvait pas s’emboîter langoureusement en cuiller avec un⋅e amant⋅e de passage? Qu’il était répugnant ou impensable que le père de nos enfants nous prenne en levrette? Qu’un baiser lent et long ne pouvait être échangé entre deux personnes si elles ne sont pas amoureuses?

200-4

(En tout cas c’est pas moi ^^)

Quant à dire que le sentiment amoureux rendrait les rapports sexuels plus satisfaisants, c’est une opinion, qui n’est ni vraie ni fausse ou alors les deux, puisque ça dépend des personnes mais à l’inverse, le sentiment amoureux peut venir placer des enjeux qui rendent les rapports sexuels plus compliqués…

Tout ça pour dire que : tu as le droit d’avoir envie que vos rapports restent « bestiaux » si c’est ce qui t’excite. Tu as le droit de dire que ça te branche moyen quand il passe en mode « trop doux ». Tu as aussi le droit d’avoir des sentiments mais pas envie d’exclusivité sexuelle. Le mieux, c’est sans doute que tu lui en parle, très simplement, avec tact et en parlant de TOI, de tes envies, de tes interrogations, tu peux tout à fait lui dire « ça me plait qu’on se rapproche mais je préfère les rapports qu’on avait au début, plus « brutes », et j’ai envie de construire quelque chose avec toi, mais je n’ai pas envie d’exclusivité sexuelle« . Au moins il sera fixé, tu auras été très claire, et partant de ça, vous pourrez discuter ensemble de trouver des solutions, des pistes et des idées pour faire fonctionner votre relation…

J’espère avoir pu t’aider,

Bisous <3

Cette réponse existe grâce au soutien de @The_Economiss sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés