J’aime beaucoup parler de cul et les gens ne me voient jamais comme digne d’un intérêt amoureux

Bonjour bonjour et, déjà, merci pour le boulot incroyable que tu fais!

Voilà ma question:
J’ai 17 ans, femme cis hétéro (j’me sens trop normale pour avoir des problèmes lol) sans aucune expérience sexuelle que ce soit, et j’aime BEAUCOUP parler de cul  (confirmant ainsi l’adage « C’est ceux qui font le moins qui parlent le plus » ^^).
Seulement, voilà, j’ai l’impression que j’effraie un peu beaucoup les gens. J’essaie pourtant de ne pas être agressive lorsque j’aborde le sujet sexe (genre je crie pas « ET TOI, TU TE MASTURBE COMBIEN DE FOIS PAR JOUR? » sur des inconnus au milieu du lycée). Par exemple, l’autre jour, un type m’a demandé si les filles regardaient du porno, et que je lui ai répondu que oui, que moi-même j’en regardais et que j’avais un faible pour le hentaï, j’ai clairement vu un mouvement de recul et ce mec ne m’a plus reparlé depuis.
En fait, au final, de parler librement de cul, j’ai l’impression que ça a instauré une sorte de distance entre les gens et moi. On me voit comme « la perverse », « la tarée », « celle qu’est pas vraiment une fille ». Et moi, je suis plus que ça… Je suis amoureuse d’un garçon, c’est un timide, il est au courant mais je crois que je lui ai fait peur. Les gens ne me voient jamais comme digne d’un intérêt amoureux, lui y compris. Et moi, bah, j’suis pas mal romantique, j’aimerais qu’on m’aime, mais apparemment, vivre une histoire d’amour un peu marshmallow rose, ça n’est pas à ma portée…
Je parle de cul, je pense que le cul, ça doit être free du frifri, fun et sans complexes, mais ça veut pas dire que je suis allergique au romantisme et que j’ai pas de sentiments…

Voilà, c’est un peu confus ( nan, c’est très très très confus en fait ^^’) mais je voulais savoir, qu’est-ce que je peux faire pour au final gagner le statut de « fille avec laquelle il est possible d’avoir une relation amoureuse » sans perdre celui de « fille qui parle de cul en niquant les tabous ». Surtout qu’à mon âge, les gens sont prompts à juger et à coller des étiquettes éternelles sur le front des gens -_-‘

Ayé! Ce fut un pavé! Merci d’avance de ta réponse! Des licornes, du chocolat et des gros câlins à toi! <3

Bonjour bonjour!

D’abord merci pour les câlins, les licornes et le chocolat :)

Ensuite… Pfiou il y a plein de trucs à dire avec cette question… La première chose que j’ai envie de te dire c’est : promis, ça va arriver. Je ne sais pas quand, comment, et je ne peux pas te garantir que cela soit le garçon dont tu es actuellement amoureuse, mais tu vas forcément rencontrer une personne (et probablement plusieurs au cours de ta vie) qui comprendra qu’il est absurde d’opposer sexe et sentiment amoureux.

[Edit] On m’a signalé sur Twitter que la formulation  » femme cis hétéro » immédiatement suivie de « j’me sens trop normale pour avoir des problèmes » peut laisser penser que le fait d’être cis est la « norme », et le fait d’être trans* ce qui est « pas normal ». Je pense que tu voulais peut-être dire que tu ressens que tu as de la chance d’être cis et justement conscience des avantages que ça te donne par rapport à une personne trans (de manière générale tu n’as pas à craindre/subir la transphobie, donc).

Il est vrai que l’adolescence est un passage compliqué pour plein de raisons, et l’une d’entre elles est celle que tu cites, c’est à dire que « les gens sont prompts à juger ». Comme c’est la période ou l’on commence à se forger son identité, à se détacher de la personnalité qui était jusqu’alors largement fondée et modelée par la famille, on se cherche et on se raccroche souvent à des archétypes et des clichés qui sont à notre disposition. C’est un âge très « normatif », où on essaye souvent de rentrer dans des cases (ou de faire rentrer les autres dedans), notamment en termes de genre.

giphy

Et parmi les stéréotypes de genre, il y a, en ce qui concerne les filles, la fameuse (et complètement débile et artificielle) dichotomie entre la « maman » et la « putain » (ou la « Madone » et la putain, pour la version christianisante). Cette division, purement idéologique, laisse entendre qu’il y aurait deux catégories de filles. D’un côté les filles « bien », celles qui peuvent inspirer ou ressentir le sentiment amoureux et qui préservent une certaine forme de chasteté (ça ne veut pas forcément dire qu’elles restent vierges, mais la version moderne de cette idée peut par exemple impliquer qu’elles réservent leur sexualité au cadre d’une relation amoureuse). De l’autre côté, on trouve les autres filles, celles qui aiment éventuellement le sexe pour le simple plaisir qu’elles en tirent, ou celles qui multiplient les partenaires.

giphy (1)

La réalité est évidemment beaucoup plus complexe que cela, et on voit bien que cette distinction est très réductrice et moralisatrice. Il s’agit de faire comprendre aux personnes socialisées filles comment elles doivent se comporter dans le domaine de la sexualité, mais sans vraiment le dire. La beauté des règles tacites, c’est qu’elles peuvent toujours changer et que tu as peu de chances de gagner puisqu’elles se contredisent volontiers. Ainsi, il faudrait être un peu chaste mais pas coincée, aventureuse sexuellement mais monogame, etc etc.

Au final, le principe c’est que les filles doivent toujours associer leur sexualité à une forme de devoir et/ou de culpabilité.

Devoir d’avoir une sexualité mais de la contenir au sein d’un couple hétérosexuel et monogame (et donc culpabilité ou malaise des filles lesbiennes, bisexuelles, asexuelles ou pansexuelles)

Devoir de satisfaire les désirs de son partenaire avant soi-même (et donc déni de ses propres envies et de son consentement)

Culpabilité de ne pas avoir de plaisir, ou d’en avoir trop, ou pas comme « il faudrait » (c’est à dire avec la pénétration du pénis dans le vagin, en ignorant la plupart du temps totalement le clitoris…)

200

Allégorie du CLITORIS

En ce qui te concerne, j’ai envie de te dire : ne change surtout pas! C’est très chouette que tu aies une vision décomplexée de la/ta sexualité, et que tu aimes en parler de manière libre. Après, il est effectivement important de faire attention à tes interlocuteurs et interlocutrices, puisque certaines personnes sont peut-être moins à l’aise pour parler de cela. Une personne asexuelle, par exemple, peut être très gênée par ce type de conversations, sans que ça en fasse pour autant une personne « coincée ». Chacun⋅e ses limites et à chacun⋅e de respecter celles des autres.

Mais pour ce qui est du mec qui t’a posé la question et a ensuite fait le gars choqué ce n’est clairement pas la même chose, puisque c’est lui qui a mis le sujet sur le tapis. Franchement, je ne trouve pas ça du tout cool de sa part, et je ne crois pas que ce soit une grosse perte qu’il ne te parle plus, si son amitié ou son affection pour toi sont si fragiles!

200 (1)

En ce qui concerne le garçon dont tu es amoureuse, je vais me lancer et demander un truc tout bête, mais : est-ce que tu lui as parlé de ce que tu ressentais? Lui as-tu dit ce que tu me racontes ici, sur le fait qu’en dépit du fait que le sexe est un sujet de conversation et d’intérêt pour toi, tu as par ailleurs envie d’une histoire d’amour. Peut-être que tu l’intimides un peu, qu’il croit que tu as plus d’expérience que lui ou que lui-même n’en a pas assez. Peut-être que tes sentiments à son égard sont réciproques. Ou pas. Mais au final, il n’y a qu’un moyen de le savoir et c’est de lui en parler. C’est vachement plus facile à dire qu’à faire, oui, je me rends bien compte, mais il me semble qu’à l’heure actuelle, tu te bloques sur des suppositions selon lesquelles il aurait un souci avec ta réputation de meuf parlant librement de sexe alors que ce n’est peut-être pas du tout le cas!

S’il n’arrive pas à comprendre que tu puisses à la fois avoir une vision décomplexée de la sexualité et une âme de romantique c’est peut-être simplement qu’il ne peut pas t’apporter ce dont tu as envie et besoin, mais il y a plus d’un poisson dans l’océan, et tu rencontreras forcément quelqu’un qui te plaira et à qui tu plairas, exactement comme tu es, avec tes contrastes.

J’espère avoir pu t’aider,

Bisettes

Cette réponse existe grâce au soutien de Sophie G, amie de toujours, sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés

Un commentaire

  1. Pingback: Sites de référence - fluffys | Pearltrees