J’ai des relations sexuelles et des liens forts avec plusieurs personnes, est-ce qu’un couple non monogame est possible?

Hey! Bon je préfère prévenir, ça va être le bordel pour comprendre, car c’est le bordel dans ma tête … :/
Voilà, je suis une femme cis de 20 ans, j’ai été en couple pendant deux ans, il y a maintenant deux ans de ça, ça c’est extrêmement mal fini (pour une raison indépendante de notre volonté à tout les deux), je suis totalement certaine de ne plus avoir de sentiments amoureux pour lui (bien qu’il sois une personne des plus importantes pour moi et même si e n’ai plus de contacts avec lui). Mon problème est que depuis cette histoire là, je n’arrive pas à être en couple (monogame), j’ai depuis ce temps là enchaîné les conquêtes d’un soir ou de plusieurs soirs… Parmi ces conquêtes de plusieurs soir, il y en à certaines avec qui j’ai établi de très  forts liens émotionnels, qui pourraient s’apparenter à ce qu’il est « convenu » de ressentir dans un relation monogame, cependant (bien qu’ayant essayer maintes fois) je n’arrive pas à franchir le cap de la relation de couple… De plus, les relations que j’ai établies sont très fortes (en tout cas de mon coté)  et je n’ai pas envie de choisir parmi l’une d’entre elles… J’ai déjà envisager la possibilité du polyamour mais je ne sais pas quoi faire … j’ai peur de les perdre mais j’ai été célibataire pendant trop longtemps maintenant, j’ai vraiment envie d’une « stabilité » de vie de couple ( que celui ci sois monogame ou pas …
As tu quelques conseils pour moi ?

bref j’espère que c’est pas trop le bordel dans mes explications :$

Merci d’avance :)
PIOU
Hello!

Bon, je ne trouve pas que ça soit tant le bordel que ça, en fait… Tu ne veux plus de relation monogame/exclusive mais tu as envie d’une vie « de couple » stable qui te permette de maintenir/créer des liens sexuels et/ou émotionnels forts avec plusieurs personnes. A première vue ça peut sembler paradoxal, voire incompatible, parce qu’on nous a toujours vendu le modèle unique du couple monogame hétérosexuel avec 2,3 enfants, un labrador et un emprunt sur 25 ans. J’exagère un peu, mais tu vois le truc. Depuis notre plus tendre enfance on nous biberonne aux princes et princesses qui « vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Et par la suite c’est toute la culture « mainstream », des romans aux films en passant par les publicités et la presse genrée (surtout féminine) qui prend le relai, sans compter l’entourage qui y va de son petit refrain ou se constitue comme exemple à suivre…

Malgré la multiplication des divorces, des remariages, des naissances hors mariage, des unions civiles et de multiples formes de couple et/ou de famille ces dernières années, tout autour de nous est fait pour nous pousser à vouloir être en couple. Le célibat c’est pour les loseureuses, les raté⋅e⋅s du marché de la séduction, les défectueux⋅ses, ben oui, s’ielle est seul⋅e c’est qu’ielle a un problème, non? En couple, donc, mais pas n’importe quel couple. Un couple hétérosexuel, déjà, ce n’est même pas dit mais c’est la configuration « par défaut »(la preuve c’est qu’il n’y a pas de « coming out » pour les hétérosexuel⋅le⋅s!) Un couple durable ensuite, surtout à partir d’un certain âge : on peut tolérer que des jeunes papillonnent, fassent des rencontrent, nouent des liens puis les défassent, mais il y a un moment où il faut que ça devienne « sérieux », qu’on se « pose » (et puis, il faut écouter la fameuse horloge biologique -enfin ça c’est seulement si t’es une femme, hein, et cis par défaut-, c’est à dire qu’on sera bien aimable de se reproduire, là, ça urge!).

Et la baisse de fertilité chez les mecs cis, on en parle?

Un couple exclusif, enfin, parce que c’est bien connu (si si il paraît que c’est bien connu), l’amour avec un grand A, le vrai, celui auquel on devrait tou⋅te⋅s aspirer, il ne se conjugue pas au pluriel. il s’agit de trouver LA personne qui te rendra heureux⋅se POUR TOUJOURS. Autant dire que t’as pas intérêt à te louper.

Quand tu découvres que t’as pas choisi la/le bon⋅ne

Forcément, ce modèle, c’est un peu comme les fringues taille unique. On te dit que tout le monde rentre dedans mais C’EST FAUX. Bien sûr, ça existe, des gen⋅te⋅s qui rencontrent une personne au tout début de leur vie sentimentale et/ou sexuelle, tombent éperdument amoureux⋅ses et restent ensemble jusqu’à ce que la mort les sépare et qui se rendent majoritairement très heureux⋅se. Et j’ai envie de dire tant mieux pour elleux! Sérieux, hein, la monogamie, ce n’est pas du tout chiant ou dépassé ou je ne sais pas quoi. Il y a de nombreuses personnes qui s’épanouissent dans des relations exclusives, peut-être pas forcément à vie, mais qui font un bout de chemin avec un⋅e partenaire, puis en rencontrent un⋅e autre, etc.

(Dans tes rêves, Drake)

MAIS, il y a aussi plein de personnes qui ne s’y retrouvent pas là-dedans, quelles que puissent être les raisons. Certaines sont exclusives sentimentalement mais pas sexuellement, ou tombent amoureuses d’une autre alors qu’elles sont déjà en couple, certaines vivent plusieurs histoires d’amour/de sexe/ de complicité/ de tendresse/ de passion simultanément. Tu peux choisir d’appeler ça polyamour, libertinage, butinage, lutinage, non-monogamie éthique, trouple … Il y a plein de mots qui existent, mais tu peux aussi décider que tu n’as pas envie de t’étiqueter ;)

Un bien beau trouple

Chaque relation est en fait unique, puisqu’elle est constituée de la combinaison inédite de deux (ou plus!) personnes qui peuvent partager (ou pas) des sentiments amoureux, des relations sexuelles, un espace de vie, la pratique d’une activité (sport, tricot, shibari…), des obligations ou des responsabilité. Et chacune de ces alchimies fonctionne plus ou moins bien selon des termes qui sont à définir par la discussion. Les seules limites au final sont celles de la loi, par exemple on ne peut pas être légalement marié⋅e à plus d’une personne, et la parentalité multiple peut être assez compliquée à faire reconnaître. En dehors de ça, toutes les configurations sont possibles, notamment lorsque toutes les personnes impliquées sont au courant et d’accord (ce qui évite de dissimuler, mentir, flipper, culpabiliser et, dans une certaine mesure, de blesser).

GIF piqué sur la page de cet article très intéressant sur la polyamorie (en anglais, sorry)

Donc en ce qui te concerne, tu pourrais peut-être essayer d’en discuter avec les personnes que tu fréquentes, histoire de voir ce qu’ielles pensent de la non-exclusivité, déjà, mais aussi pour un peu mieux t’y retrouver avec tes sentiments à leur égard (et les leurs envers toi!). Ça te permettra accessoirement de savoir si, vraiment, il te faut choisir (or choisir c’est renoncer). Tu peux tout à fait avoir plusieurs relations de couple durables en parallèle, et cela peut t’apporter de la stabilité même sans monogamie, je crois que l’instabilité vient surtout des difficultés de communication ou d’entente, de la routine, des insécurités personnelles, ou de la jalousie… et celles-ci peuvent arriver qu’on soit exclusifs⋅ves ou pas! Être dans des relations multiples ça n’absous pas de toute responsabilité, je dirais même au contraire, ça demande d’être particulièrement attentif⋅ve aux besoins de ses partenaires, parce que, même sans exclusivité, il y a un moment où on ne peut pas accorder notre temps et notre énergie à un nombre infini de gen⋅te⋅s. Il est donc important de faire gaffe à ne pas trop se disperser, au risque de finir épuisé⋅e et/ou de faire du mal à une ou plusieurs personne⋅s.

Quand tu fréquentes peut-être *un peu* trop de personnes…

Encore une fois, la solution ici c’est la communication, l’écoute et le respect. Ça fait un peu débile dit comme ça, mais c’est vrai!

Je ne sais pas si ça t’aidera à y voir plus clair mais je l’espère :)

Bises

Cette réponse existe grâce au soutien de @ClunyBraun sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés