Lors des rapports, je pense à plein d’autres choses et du coup mon excitation a du mal à monter

Bonjour et merci pour le travail pertinent travail que tu fournis.
Je suis une femme de 24 ans, cis et hétérosexuelle, en couple exclusif depuis 4 ans. Régulièrement, il m’est difficile de « me mettre dedans » lors des rapports. Je pense à plein d’autres choses et du coup mon excitation a du mal à monter – et parfois ne monte pas du tout, ce qui nous contraint à arrêter. Pourtant, j’ai vraiment du désir pour mon copain qui est attentif et a de bons gestes mais j’ai l’impression que mon corps ne suit pas.
Quels conseils pourrais-tu donner par rapport à cette situation gênante voire frustrante pour nous 2 ?

Hello!

Alors c’est intéressant, j’ai répondu il y a pas longtemps à une question un peu similaire, qui concernait les pensées « parasites » pendant les rapports, donc je me permets de te la linker ici, peut-être que tu y trouveras des éléments de réponse.

Après je voudrais te rassurer : ce n’est pas grave d’éprouver des difficultés à se concentrer lors des rapports sexuels, c’est assez courant, il y a plein de personnes à qui cela arrive plus ou moins fréquemment et ce n’est pas du tout insurmontable même si on peut parfois en avoir l’impression quand cela revient souvent.

Bien, ensuite, comment faire pour « te mettre dedans »? Ça dépend un peu de ce que tu entends par là, puisqu’il peut y avoir des blocages à plusieurs moments/niveaux : est-ce que tu as du mal à ressentir de l’excitation, du plaisir et/ou à atteindre l’orgasme?

oji4ba.jpg

Si c’est d’un « manque » d’envie qu’il s’agit, il peut y avoir plein d’explications différentes. Il est possible que tu aies tout simplement une libido moins élevée que celle de ton copain, ce qui n’est pas du tout problématique en soi (mais peut demander d’en discuter pour voir comment gérer ça au sein du couple, notamment exclusif). D’autres facteurs peuvent (aussi) rentrer en ligne de compte.

Le contexte de ta vie de manière générale (si tu te sens fatiguée, stressée, angoissée, déprimée, mal dans ta peau cela ne favorise clairement pas l’émergence du désir). La prise d’hormones (que ce soit pour la contraception ou d’autres raison), peut fortement modifier le rythme naturel des envies sexuelles). Il en va de même avec certains produits psychoactifs, comme l’alcool, le cannabis, les hallucinogènes, opiacées ou amphétamines ou encore les médicaments notamment des antidépresseurs, qui peuvent faire chuter la libido (mais remonter le moral, ce qui, à terme et paradoxalement, peut aider à renouer avec son désir…).

vagina-depressed

Dernier point qui peut jouer chez certaines personnes : une certaine forme de routine qui s’installe parfois lorsqu’on a le/la même partenaire depuis un moment et qu’on peut avoir tendance à reproduire des schémas sexuels « efficaces » (on sait comment donner du plaisir à l’autre et comment en prendre soi-même, alors pourquoi changer ce qui fonctionne?) au détriment de la fantaisie ou de la spontanéité (d’autres au contraire trouvent du réconfort dans la familiarité du corps et des attitudes de leur partenaire, s’y sentent plus à l’aise et plus libres d’exprimer leurs désirs les plus fous ^^).

anigif_enhanced-6217-1423154294-2

Si tu as envie au début mais que ton excitation a du mal s’installer et/ou à grimper et/ou que tu as des difficultés à prendre du plaisir, là encore, les raisons peuvent être diverses. Cela ne signifie pas nécessairement que notre partenaire ne sait pas s’y prendre avec nous, même si c’est aussi quelque chose qui peut arriver (mais qui, heureusement, peut la plupart du temps être rattrapé avec un peu de communication -verbale ou pas : ça peut être simplement guider sa main, sa langue, son sexe, pour qu’ielle nous stimule de la manière qu’on préfère, ou même dire ce dont on a envie -sans pour autant tailler la personne, on préférera donc un « mmm plus haut/bas/fort/doucement etc » qu’un « mais bordel qu’est-ce que tu fous, tu vois bien que t’es pas dessus/dedans, là! »).

not sure what to do with hands

Comme pour la libido en berne, la fatigue, le stress, la consommation de substances psychoactives sont des éléments qui ne facilitent pas les choses, puisqu’ils peuvent perturber le fonctionnement du corps et/ou de l’esprit. Préoccupé⋅e, distrait⋅e, perdu⋅e dans ses pensées, ça peut être compliqué de sortir de ses réflexions et du mode « pilote automatique » pour se consacrer à l’instant présent, à ses sensations. Parfois il est possible de se recentrer dessus, par exemple en prenant une pause pour prendre un bain, se détendre, se faire masser, en se concentrant sur sa respiration, sur toutes les sensations de son corps (contact avec un tissus, pressions exercées par son/sa partenaire, température ressentie…). Ce qui aide, c’est simplement aussi de se laisser le temps de sentir l’excitation, de ne pas se mettre la pression si ça n’arrive pas (on n’est pas des machines, et ce qui fonctionne une fois ne sera pas forcément la formule magique pour la suivante)…

tumblr_ni8ssmHRMn1qb6v6ro2_500GIF tiré d’un projet artistique dont parle cet article (en anglais, déso)

Le plus important c’est de s’écouter (soi-même et entre partenaires). Si on n’a pas envie, eh bien on n’a pas envie et ce n’est pas grave. Si on a un peu envie puis finalement on n’a plus envie, eh bien on peut arrêter à n’importe quel moment et ce n’est pas grave. Si on avait super super envie et puis qu’au bout d’un moment on en a eu assez ou on st emporté⋅e par ses pensées, eh bien on aura quand même passé un bon moment, on peut faire une pause, reprendre après un verre d’eau, une douche… Ou ne pas reprendre. Et ce n’est pas grave. Oui, sur le coup cela peut générer de la frustration pour l’une des ou l’ensemble des partenaires, mais il y aura toujours la possibilité de se revoir, de s’embrasser, se toucher, se caresser à nouveau, donc si un rapport ne se concrétise pas ou ne se déroule pas de la manière que l’on aurait espéré cette fois là, CE N’EST PAS GRAVE.

cf5e19e0-3120-0132-4041-0ebc4eccb42f

Après, si tu as le sentiment que c’est un phénomène qui est de plus en plus présent dans ta vie sexuelle, et si tu vis ça de manière problématique, il est toujours possible d’en parler avec un⋅e professionnel⋅le de l’accompagnement (psy, sexologue, conseillèr⋅e conjugal⋅e…).

Voilà, j’espère que cela pourra t’aider à relâcher la pression et profiter des moments que tu passes avec ton copain ;)

qxJdG

Des bisous

Cette réponse existe grâce au soutien de @Arjuna_Corax sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés