Peut-on aimer un homme mais préférer le sexe avec les femmes ?

Coucou
C’est plutôt un conseil que je cherche..je suis un peu perdue ..
Voilà je suis en couple depuis 12 ans, très amoureuse de mon homme, nous avons des enfants etc etc..
J’ai tjrs su que j’étais attirée par les femmes..il y’a 2 ans j’ai eu une opportunité et il m’a laissé la vivre..sauf que ça s’est terminé en liaison d’1 an et demi avec cette fille, que ça été super dur pour lui..et que moi je me suis découverte ! Une fois cette liaison finie (ça été très dur pour moi) nous avons repris notre petite vie mais moi je ne me voyais pas ne plus jamais coucher avec une femme.. Et je l’ai trompé à nouveau..juste une nuit..
Depuis tout ça je dois admettre que je m’ennuie au lit avec lui..pourtant l’amour est tjrs là mais qd l’orgasme ne vient pas, j’imagine être avec une femme et paf..bingo !!
J’ai l’impression d’être une lesbienne qui s’est refoulée des années :/
Peut-on aimé un homme mais préférer le sexe avec les femmes ? Je suis perdue :(
Merci de m’avoir lu..

Coucou!

Alors je vais commencer par la fin, ce qui est pas super logique mais après tout YOLO.

Quand tu dis « j’ai l’impression d’être une lesbienne qui s’est refoulée des années », j’ai le sentiment que pour toi, l’orientation sexuelle, l’orientation sentimentales et les pratiques sexuelles et/ou relationnelles, tout ça serait forcément raccord, que ça rentrerait tout bien dans une seule case ou définition et hop, emballé c’est pesé.

giphy585687

Je te rassure je te jette pas du tout la pierre (Pierre), hein, parce que c’est ainsi que l’on nous apprend à raisonner, avec un modèle ultra-dominant : celui du couple (évidemment) hétérosexuel (est-il besoin de le mentionner) exclusif sexuellement et sentimentalement et (bien sûr) destiné à se marier, procréer et vivre ensemble, heureux pour toute l’éternité jusqu’à ce que la mort les sépare. Cette vision est promue par bon nombre de religions, oui, mais elle est aussi (surtout) relayée par l’immense majorité de notre environnement éducatif et culturel. Famille, école, films, livres, séries mettent le plus souvent en scène ce couple « idéal » auquel on devrait tou⋅te⋅s aspirer pour accéder au « vrai » bonheur (en gros).

giphyCouple idéal. Ou presque.

Sauf qu’évidemment la réalité est un peu plus compliquée que ça, et qu’il y a des gen⋅te⋅s qui aiment et/ou désirent des personnes du même sexe et/ou genre qu’elles, et les épousent (ou pas) et font des enfants (ou pas) ou encore adoptent (ou pas); et il y a des gen⋅te⋅s qui aiment et/ou désirent plus d’une personne à la fois, ou alors plusieurs personnes les unes après les autres; et puis il y a des gen⋅te⋅s qui sont très heureux⋅ses en étant célibataires, d’autres qui ne veulent pas d’enfant; et il y a des gen⋅te⋅s pour qui le genre et/ou le sexe des partenaires de coeur et/ou de cul ça n’a pas vraiment d’importance ou de sens. Et il y a des gen⋅te⋅s qui ont parfois envie de faire du sexe avec des personnes du même sexe et/ou genre et qui aiment quand même leur partenaire du sexe et/ou genre « opposé ». Et il y a des gen⋅te⋅s qui n’ont pas du tout envie de faire du sexe avec qui que ce soit.

Et il existe plein de mots pour parler de toutes ces configurations : hétérosexuel⋅le, homosexuel⋅le, lesbienne, gay, pédé, gouine (ces deux-là sont réservés aux personnes concernées par contre) bisexuel⋅le, pansexuel⋅le, asexuel⋅le, hétéroromantique, homoromantique, biromantique, panromantique, aromantique, polyamoureux/se, monogame, libertin⋅e, on parle de familles recomposées, monoparentales, par alliance, de trouple, de concubinage, de colocation, de plan cul, d’amant⋅e⋅s, de PQR, de plan câlin… Bref, les possibilités sont infinies ou presque, et on peut toujours choisir de se définir COMME on en a envie, SI on en a envie.

snap

Parce que l’amour, le désir, les rapports sexuels et l’engagement relationnel, ce sont en fait quatre choses tout à fait distinctes. Et parce que ce qui nous convient/attire à un moment de la vie n’est pas forcément gravé dans le marbre et peut être amené à fluctuer au cours des années.

En ce qui te concerne, le fait d’être attirée ou excitée par des femmes ne signifie pas que tu sois obligée de te définir comme lesbienne. Ça ne veut pas forcément dire que tout est fini avec ton amoureux lorsque tu as des sentiments ou une attirance pour une autre personne. Et le fait que tu sois en couple et amoureuse ne signifie pas que tu lui doive, par défaut, une exclusivité sexuelle ou sentimentale. Et OUI, il est tout à fait possible d’être romantiquement attirée ou impliquée avec un homme et plutôt attirée sexuellement par une/des femme⋅s :)

D’après ce que tu me dis, il semble clair que tu aimes ton compagnon et je ne crois pas lire dans ce que tu racontes d’indices qui laisseraient penser que tu as envie de le quitter. Bon.

Cela dit, j’ai l’impression que la façon dont fonctionne votre relation actuellement ne te satisfait pas. Sexuellement tu dis que tu « t’ennuie[s] au lit », et tu dis avoir « trompé à nouveau » ton conjoint « juste une nuit ». D’ailleurs ça m’interpelle que tu dises « à nouveau », puisque lors de ta précédente relation « supplémentaire », ton copain était ok si j’en crois ce que tu dis. En revanche il a mal vécu ce qu’est devenu cette relation, et je crois que tu te sens coupable par rapport à ça. Ça se comprend. Tu n’avais pas l’intention de le blesser et c’est toujours très délicat de se retrouver dans cette position.

nwJSphHCe chat aussi se sent un peu coupable…

Malheureusement on ne peut pas savoir à l’avance (ni décider) qui va nous plaire ou pas, sur le plan sexuel ou relationnel ou amoureux, comment va évoluer la relation, etc… La seule chose qu’on peut faire, c’est de poser des limites, par exemple de temps que l’on investit dans cette relation (et qui mathématiquement ne sera pas consacré à une autre relation, a priori). Mais pour ça, il faut pouvoir en parler tous les deux, je crois, toi et ton ami. Parce que visiblement tu ne vis pas bien du tout le fait d’avoir eu une relation même « juste une nuit » sans lui en parler, et cette culpabilité est tellement présente que tu t’en veux même de penser à une femme quand tu fais du sexe avec ton compagnon (alors que bon, ça arrive à tout le monde, cela relève de l’ordre de la pensée, du fantasme, et c’est uniquement dans ta tête donc ça ne peut d’aucune manière blesser ton partenaire!).

tumblr_lp2e35jva61qlwxt7Hop, un fantasme offert

Plutôt que de te prendre la tête à savoir si tu veux te dire « lesbienne » ou pas (non pas que ce soit une question bête ou inintéressante, si elle est importante pour toi), peut-être que tu peux (aussi) te poser d’autres questions (attention j’ai pas dit que ce seraient des questions faciles). Par exemple : est-ce que je suis toujours bien avec mon compagnon? Est-ce que la relation que nous avons me plait? Est-ce que j’aimerais pouvoir la changer par exemple pour l’ouvrir à des partenaires extérieur⋅e⋅s (et si c’est le cas, seulement pour toi ou pour vous deux? Avec quelles limites et demandes?)? Est-ce que ça te paraît faisable tout en gérant vos enfants tous les deux? Etc etc…

J’ai bien conscience que ça ne va peut-être pas immédiatement t’aider sur le côté « je suis perdue », mais peut-être sur le moyen ou long terme ça peut t’aider à te sentir mieux dans ta relation (ou sans elle si tu n’y es plus heureuse et souhaites arrêter).

Je t’envoie tout plein de force et de courage,

Bisous

Cette réponse existe grâce au soutien de @LadyLuciole   sur Tipeee. Merci beaucoup!

Facebooktwittergoogle_plusmail

Cet article vous a-t-il aidé ?

Articles liés